Le Togo vers une sortie de crise politique | Afrique | DW | 01.08.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le Togo vers une sortie de crise politique

La crise socio-politique qui secoue le Togo depuis de nombreux mois pourrait être bientôt définitivement du passé. La Communauté Économique des Etats d'Afrique de l'Ouest vient de suggérer une feuille de route.

Dans des situations de crise, le chemin pour parvenir à une paix durable est parfois tumultueux, et nécéssite un arbitrage externe. Dans le cas du Togo, la Cedeao recommande un règlement qui passe d'abord par l'amélioration du cadre électoral pour aboutir à l'organisation, à la fin de l'année 2018, des élections législatives.

Outre le vote des togolais de la diaspora, la feuille de route suggérée par la cedeao recommande également la recomposition de la Cour constitutionnelle, la limitation à deux du mandat présidentiel, le mode de scrutin à deux tours pour l’élection du président de la République.

"C'est un pas, c'est un premier pas" reconaitDavid Dosseh, l'un des responsables du Front Citoyen "Togo Debout" avant d'ajouter "il revient à la cedeao de démontrer qu'elle a pris la bonne mesure de la situation,et qu'elle est vraiement en mesure d'obliger le gouvernement togolais à commencer les réformes".

Selon lui, "Tout dépend de la bonne volonté du gouvernement togolais. On a une date fixée pour les législatives, c'est en décembre; c'est dans quelques mois, mais d'ici à cette période il faut qu'on puisse voir un vrai fichier électoral qui soit mis en place, il faut qu'on puisse voir l'exécution véritable du processus pour les réformes. Et si cela n'est pas mis en jeu", previent-il "c'est la cedeao qui perd sa crédibilité, et c'est tout le peuple togolais qui perd confiance en l'institution.", conlut David Dosseh.

Ensemble pour une solution concertée

Au-delà de ces éléments positifs, l'opposition entend garder un oeil sur la réalisation des réformes par le gouvernement; elle attend par ailleurs que les facilitateurs se penchent sur le cas des prisonniers d'opinion. Dans le camp du parti au pouvoir également, l'on se félicite de l'arbitrage de l'institution sous-régionale. 

"Nous ne le percevons pas comme une victoire du parti Unir, mais ce qui nous rassure, c'est que tout ce qui a été proposé s'intègre parfaitement dans le cadre légal et constitutionnel de notre pays; et ce sera un soulagement pour nous que tous les togolais se mettent ensemble pour mettre en oeuvre cette feuille de route pour que nous puissions sortir de la crise", a confié à la DW, Tségan Yawa Djigbodé, députée du parti Unir.

Selon elle, "au-delà de tout, les difficultés qui sont survenues suite à ces mouvements sociaux et tous, ça pénalise tout le monde". L'élue espère une implication de tous les Togolais pour la résolution définitive de la crise.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !