Le bras long de Téhéran dans plusieurs pays arabes | International | DW | 15.01.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Le bras long de Téhéran dans plusieurs pays arabes

Sous Saddam Hussein, l'Irak était un rempart contre l'Iran. Mais lorsque les Américains l’ont renversé, il y a 17 ans, ils ont ouvert la porte à l’influence iranienne en Irak en soutenant la majorité chiite. 


Lorsque les élites sunnites regardent le monde arabe, elles déplorent souvent de voir l'Iran, majoritairement chiite, prendre une position dominante dans de nombreuses capitales.

Riad Kahwaji, du groupe de réflexion INEGMA de Dubaï, explique: "Nous avons entendu des responsables du gouvernement iranien se vanter de contrôler désormais quatre capitales arabes : Sanaa, Beyrouth, Damas et Bagdad. C'est comme si par exemple les Russes disaient : nous élargissons notre influence sur Lisbonne ou Madrid, au cœur de l'Europe - et qu’on s’attende à ce que les Européens l'acceptent facilement".

Autre exemple des conséquences imprévues de la politique américaine au Moyen-Orient : le Hezbollah au Liban. 
De nombreux Libanais critiquent le fait qu'il soit lourdement armé - mais peu nient que seul le Hezbollah est en mesure de dissuader Israël d'attaquer le Liban. 

Alors que les Etats-Unis soutiennent officiellement l'armée libanaise, ils ne fournissent pas  l'équipement militaire pour défendre le pays. 

Jemen Hodeidah Houthi-Anhänger (picture-alliance/Xinhua/M. Mohammed)

Des rebelles houthis au Yemen en décembre 2019.

Autres alliés, les Houthis

Téhéran peut également utiliser un autre levier: les rebelles houthis au Yémen. Hafez Albukari est chercheur indépendant, il énumère ce que les Houthis ont reçu de l’Iran ces dernières années.

"Conseillers, soutien technique, politique et militaire. Des armes venant d'Iran ont été découvertes à plusieurs reprises. Ils obtiennent principalement ce soutien du Hezbollah. Le Hezbollah sert également de modèle aux Houthis pour élaborer leur stratégie" explique le checheur.

Des Houthis qui peuvent aussi aider l'Iran en cas d'urgence - en tirant par exemple des missiles sur l'Arabie saoudite ou en bloquant le détroit de Bab el-Mandeb, l'accès à la mer Rouge et donc également au canal de Suez. 

Les brigades iraniennes ont par ailleurs également joué un rôle important en Syrie sous le commandement du général Qassem Soleimani, tué par les Etats-Unis.

 Enfin, il y a la bande de Gaza : l'Iran a augmenté son aide financière au Hamas ces dernières années. Téhéran voit cela comme une aide aux Palestiniens et comme un moyen de contrer Israël. 

 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !