L’Afrique a intérêt à maîtriser sa population  | Afrique | DW | 14.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

L’Afrique a intérêt à maîtriser sa population 

La question de la démographie a largement été abordée à l'occasion des 25 ans de la Conférence internationale sur la population et le développement qui s’acheve, aujourd'hui, au Kenya.

Les décideurs politiques prenant part au vingt-cinquième anniversaire de la conférence internationale sur la population et le développement, ont défendu que pour une prospérité certaine, les pays devront contrôler l’évolution de leurs populations.
 

"Si la démographie va très vite, ça ne sera pas bon pour nous parce qu’il manquera beaucoup de choses surtout dans nos pays. Manque d’éducation, manque des services de base de santé et manque d’emplois. Moi je pense que si on travaille bien dans nos pays, on a les moyens pour se développer même si on est nombreux. Mais il faut travailler à la population et au développement et travailler à la planification familiale. Pour ne pas seulement amener dans le monde des enfants qu’on ne pourra pas éduquer, nourrir, garder. Les experts en développement, de leur côté, ne perdent pas de vue les objectifs du développement durable", estime Fatumata Djau Baldé, ministre de l’administration publique et de la Modernisation de l'État de la Guinée-Bissau. 

Croissance démografique et développement durable

Pour Djibril Diallo, Président et Directeur Général du Réseau de la Renaissance Africaine et de la Diaspora "Il va falloir qu’on fasse attention. Parce que s’il y a une démographie galopante, elle peut faire mal au continent. L’enfant n’est plus le  compte bancaire qu’on avait et le nombre de bras qu’il fallait avoir. Parce que quand on a des enfants, il faut penser quand-même que ces enfants n’ont pas demandé à venir au monde. Ils ont été invités. Donc de ce fait, il va falloir que toutes les dispositions soient prises pour qu’il soit dans les meilleures conditions matérielles, émotionnelles et intellectuelles. Il faut relativiser toutes ces questions par rapport aux objectifs de développement humain et durable."


D’importantes poches de résistance soutiennent que l’Afrique possède les ressources nécessaires pour subvenir aux besoins de ses fils. Les détracteurs attribuent la lenteur de son développement à la mal-gouvernance. La conférence de Nairobi  qui se tient au Centre international des conventions et conférences, prendra fin ce jeudi soir.