La zone de libre-échange continentale (Zlecaf) repoussée à 2021 | NRS-Import | DW | 01.07.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

NRS-Import

La zone de libre-échange continentale (Zlecaf) repoussée à 2021

La pandémie de Covid-19 a imposé aux Etats africains, un retard de démarrage de la zone de libre-échange continentale. Mais sur le papier, le principe est acquis.

Le port de Lomé est réputé l'un des plus fréquentés de la sous région ouest-africaine

Grâce aux échanges entre les pays africains, les populations espèrent avoir plus d'opportunités d'emplois

Prévu pour avoir lieu ce mercredi (01.07.2020), le lancement effectif de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) est reporté à janvier 2021 à cause de la pandémie de coronavirus.

La Zlecaf est censée devenir l'espace commercial le plus peuplé du monde. Considérée comme étant une avancée historique, elle devrait changer le visage de l'Afrique en créant les conditions de son industrialisation et de la libéralisation de son économie.

La Covid-19, un prétexte ?

Le problème de la fermeture des frontières masque en effet des obstacles plus profonds à la réalisation d'un "marché commun" africain.

L'économiste sénégalais Demba Moussa Dembele pense qu'il reste encore "les détails, s'entendre sur les règles d'origine, comment libéraliser les barrières douanières"

Écouter l'audio 02:18

"Il faut s'entendre encore sur les règles" - Demba Moussa Dembele

Selon toujours cet expert, "beaucoup de pays, surtout les plus pauvres dépendent des importations en terme de recettes douanières ce qui fait qu'ils sont réticents car ce sont des pertes énormes". 

Sur le papier, la Zlecaf réunit 54 des 55 pays africains (il manque l'Erythrée qui n'a pas signé l'accord), soit 1,2 milliard d'habitants, et représente un PIB cumulé de 2.500 milliards de dollars, l'équivalent du PIB de la France.

Lire aussi → "La Zlec est un succès pour l'ensemble du continent africain"

La Zlecaf a été lancée en grande pompe au sommet de l'Union africaine de Niamey en 2019, en présence de 32 chefs d'Etat, une centaines de ministres et 4.500 délégués, avec l'objectif ambitieux de faire progresser rapidement les échanges intra-africains, pour doper les économies du continent le moins développé.

Les Africains échangent peu entre eux

Le commerce intra-africain ne représente que 15% des échanges totaux du continent, contre 70% pour l'Union européenne. La mise en oeuvre effective de la Zlecaf devrait apporter une solution à ce problème.

Les ambassadeurs en poste au siège de l'Union africaine à Addis Abeba ont proposé le 1er janvier 2021 comme nouvelle date de mise en oeuvre, une recommandation qui doit être adoptée par les chefs d'Etat.

Encore cette nouvelle date est-elle hypothétique, "cela dépendra de l'évolution de la pandémie", souligne un fonctionnaire de l'Union africaine qui ajoute que les bureaux du secrétariat général de la Zlecaf à Accra ne sont pas encore ouverts à cause de la pandémie de coronavirus.

Pour écouter l'interview de Demba Moussa Dembele, cliquez sur l'image principale de cet article.

Liens