La Syrie s′enfonce dans l′horreur | International | DW | 08.06.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La Syrie s'enfonce dans l'horreur

Alors que le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a mis en garde contre l'imminence d'une guerre civile, au moins vingt personnes ont été tuées et les manifestations se sont poursuivies dans tout le pays.

Ban Ki-moon a par ailleurs admis indirectement, pour la première fois, que le plan du médiateur Kofi Annan n'était plus valable et il a suggéré d'y mettre fin. Cette évolution est la conséquence d'une situation qui, en Syrie, est horrible au sens propre du terme. Une horreur à la suite du nouveau massacre commis mercredi à Al-Koubeir et qui a coûté la vie à plus de 50 personnes dont des femmes et des enfants.

Face à cela, la médiation de l'ONU apparait de plus en plus inutile et obsolète. Kofi Annan essaye de relancer le processus en proposant un nouveau groupe de contact sur la Syrie. Celui-ci, en plus des cinq membres permanent du Conseil de sécurité, pourrait s'élargir à des puissances régionales comme la Turquie, l'Arabie Saoudite et le Qatar.

Observateurs des Nations unies à Damas, la capitale syrienne

Observateurs des Nations unies à Damas, la capitale syrienne

Vote de sanctions

La possibilité d'y inclure l'Iran a en revanche été rejetée catégoriquement par les États-Unis. L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Susan Rice, ajoutant que l'Iran « fait partie du problème » en soutenant le régime syrien « dans la perpétration des violences ».

Une autre voie possible concerne celle des sanctions qui pourraient être votées au Conseil de sécurité. Beaucoup d'États y sont favorables mais jusqu'à présent, la Russie et la Chine, alliés de Damas, ont mis leur veto à cette solution et leur position ne semble pas s'infléchir. D'ailleurs, le porte-parole du gouvernement allemand, Stefan Seibert, a insisté sur la "responsabilité particulière" de la Russie. Il s'est dit aussi effaré par ce nouveau massacre et a demandé, au nom du gouvernement allemand, le départ de Bachar al-Assad.

Auteur : Jean-Michel Bos
Édition : Sandrine Blanchard

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !