John Magufuli, une figure populaire mais controversée | Afrique | DW | 18.03.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Politique

John Magufuli, une figure populaire mais controversée

Le président tanzanien John Magufuli est décédé à l'âge de 61 ans officiellement de problèmes cardiaques après des semaines de spéculations sur son état de santé. Certains affirment qu'il avait contracté la Covid-19.

Depuis que la pandémie de Covid-19 a été déclarée en mars 2020, John Magufuli avait minimisé la gravité du virus. À un moment donné, il s'est moqué des installations de test de coronavirus du pays, affirmant qu'il avait secrètement envoyé des échantillons de papaye et de chèvre et qu'ils se sont révélés positifs. Bien qu'il n'ait jamais fourni de preuve de cette affirmation, il a averti que ces résultats pourraient signifier que les gens obtenaient de faux résultats positifs.

Lire aussi  John Magufuli, le président de la Tanzanie est décédé

Peu de temps après, la Tanzanie a cessé de partager des mises à jour sur le nombre de personnes infectées et tuées à cause de la Covid-19. Les derniers chiffres du pays sur le coronavirus ont été donnés en mai de l'année dernière. À ce moment-là, il a été confirmé que 509 personnes avaient contracté le virus et 29 étaient décédées.

Pas de verrouillage

Alors que les pays voisins, le Kenya et l'Ouganda, appliquaient des verrouillages et des couvre-feux pour freiner la propagation de la Covid-19, le président Magufuli  a choqué beaucoup en déclarant que la Tanzanie resterait ouverte aux affaires.

"Nous, les Tanzaniens, ne nous sommes pas enfermés, et je ne m'attends pas à annoncer ne serait-ce qu'un seul jour que nous mettons en place un verrouillage parce que notre Dieu est toujours en vie et il continuera à nous protéger ", avait-il déclaré en recommandant à ses concitoyens se traîter à la vapeur.

Après la mort du premier vice-président de Zanzibar, Seif Sharif Hamad suite au coronavirus en février, Magufuli et, dans une plus large mesure, les Tanzaniens, ont commencé à reconnaître le risque grave de contracter la maladie. Le ministère de la Santé de la Tanzanie a ensuite publié des instructions exhortant les citoyens à observer les protocoles de prévention de la Covid-19.

De l'enseignant au président

Né le 29 octobre 1959, John Magufuli a obtenu sa maîtrise et son doctorat à l'Université de Dar es Salaam. Après une courte période d'enseignement à l'école secondaire de Sengerema et après avoir travaillé comme chimiste industriel, il est entré en politique par le biais du parti au pouvoir Chama Cha Mapinduzi (CCM).

Elu député en 1995 et nommé la même année sous-ministre des travaux, recevant le titre de ministre en 2000, il a gagné en popularité en 2010 après avoir été nommé ministre des travaux et des transports pour la deuxième fois. Son style de leadership optimiste et ses actions dans l'industrie de la construction routière ont emmené les Tanzaniens à le surnommer plus tard "le bulldozer."

Lire aussi  Les Tanzaniens aux urnes pour les élections présidentielles

Candidat en 2015, il remporte avec 58% des voix la présidentielle en battant Edward Lowassa du parti d'opposition Chadema. En 2020, il est réélu - une victoire que le candidat de l'opposition à la présidence, Tundu Lissu, a qualifiée de frauduleuse.

Apprécié chez lui 

En Tanzanie, le président Magufuli était une figure populaire. Son gouvernement allégé et ses mesures de réduction des coûts lui ont grandement valu le respect des citoyens. Par exemple, en 2015, il a suspendu les célébrations de l'indépendance du pays, exhortant plutôt les citoyens à nettoyer leurs communautés pour lutter contre une épidémie de choléra. Il s'est également lancé dans de grands projets d'infrastructure tels que le port de Bagamoyo, une nouvelle voie ferrée et la modernisation de l'aéroport international de Dar-es-Salaam.

Sa guerre  contre la corruption a été admirée non seulement en Tanzanie - mais sur tout le continent. Cependant, sa popularité dans son pays a été entachée à l'étranger par des groupes de défense des droits humains qui l'ont accusé de bafouer des droits fondamentaux tels que la liberté de presse et d'expression. En 2020, son gouvernement a introduit une loi qui érige en infraction punissable la publication de contenu international par les médias locaux sans autorisation.

Lire aussi  Quatre ans après, Magufuli ne fait plus l'unanimité en Tanzanie

Pour le chef de l'opposition exilé Tundu Lissu, la présidence de Magufuli était criblée de tendances autocratiques malgré ses réalisations. "Oui, il a construit toutes ces choses, mais cela ne justifie pas les erreurs de gestion, cela ne justifie pas les politiques draconiennes et très autoritaires qu'il a imposées au pays", a déclaré Lissu à la DW, ajoutant que les actions du défunt président ne légitimaient pas la destruction des processus démocratiques du pays.