Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa, portraits de deux chefs djihadistes | Afrique | DW | 12.02.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa, portraits de deux chefs djihadistes

Pour la première fois, le président Ibrahim Boubacar Keita a annoncé l’ouverture d’un dialogue avec les deux principaux chefs djihadistes : Amadou Koufa et Iyad Ag Ghaly. Portraits...

Des islamistes du groupe Al-Qaïda prenant d'assaut Gao en 2012.

Des islamistes du groupe Al-Qaïda prenant d'assaut Gao en 2012.

lyad Ag Ghaly :

Âgé de 62 ans, cette ancienne figure de la rébellion touareg malienne a prêté allégeance au chef d’AQMI, Al-Qaïda au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel, qui est à l’origine de nombreux attentats terroristes.

Il a été pendant plus d'une dizaine d'années conseiller à la présidence du Mali, ensuite consul à Djeddah en Arabie Saoudite avant d'être expulsé par Riyad en raison de ses liens avec Al-Qaïda. 

Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans

A son retour au Mali, il  dérive vers l’islamisme radical, puis le djihadisme et fonde son propre groupe armé Ansar Dine, les "défenseurs de la religion" en arabe, hostile aux autorités maliennes. Le 1er mars 2017, Ansar Dine fusionne avec plusieurs autres groupes djihadistes et devient le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans placé sous la direction de lyad Ag Ghaly qui affirme combattre pour l'instauration de la charia au Mali.

Iyad Ag Ghaly à Kidal en 2012.

Iyad Ag Ghaly à Kidal en 2012

"À compter de ce jour, nous nous engageons à la lutte armée sans merci pour l'application de la charia, dans un premier temps dans l'Adrar des Ifoghas. Quiconque est d'accord avec cette position est avec nous. Nous sommes des musulmans du Mali (...) et notre objectif est de convaincre de gré ou de force les autres à appliquer la charia. Nous ne voulons pas une république indépendante à part, mais une république islamique", avait déclaré  Iyad Ag Ghaly dans un communiqué signé le 18 mars 2012.

Cependant, contrairement à Al-Qaida au Maghreb islamique, son allié, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans n'a revendiqué aucun enlèvement ni attentat contre des civils.  Cela conforte les autorités du Mali  dans leur volonté de dialoguer avec lyad Ag Ghaly, au grand dam de la France, qui le considère officiellement comme une cible de premier plan.

Ses hommes s’emparent de Kidal, la capitale touareg en 2012, à la suite de l’insurrection de groupes djihadistes et indépendantistes pro-Azawad. Mais ils sont chassés par les troupes françaises de l'opération Serval.

Depuis, il vivrait dans le désert à la frontière algérienne. Plusieurs sources affirment que lyad Ag Ghaly bénéficierait du soutien d’Alger où il séjournerait régulièrement.

Amadou Koufa :

De son vrai nom Amadou Diallo, Amadou Koufa a 59 ans et est issu de la communauté peule du Mali.

En 2015, il créé la Katiba Macina, affilié à Ansar Dine de Iyad Ag Ghaly et au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. Son groupe est actif dans la région de Mopti et Ségou, dans le centre du Mali. 

Des islamistes du groupe Ansar Dine à l'aéroport de Kidal en 2012.

Des islamistes du groupe Ansar Dine à l'aéroport de Kidal en 2012.

"Une fois qu’on aura discuté avec les djihadistes maliens, on peut  voir comment bouter hors de notre territoire les autres djihadistes, à savoir l’Etat islamique, dirigé par les étrangers, et puis Mokhtar Belmokhtar qui est aussi un étranger. En raison de l’absence de l’Etat, beaucoup ont adhéré à ces groupes djihadistes parce que c’est la seule possibilité pour se protéger, protéger ses biens, protéger ses proches", affirme le sociologue Brema Ely Dicko.