Inquiétude en Allemagne face à un éventuel afflux de réfugiés venus de la Grèce | International | DW | 05.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Inquiétude en Allemagne face à un éventuel afflux de réfugiés venus de la Grèce

Le Parlement a repoussé mercredi (04.03.20) une motion des Verts réclamant d'accueillir en Allemagne les mineurs bloqués en Grèce. Le souvenir de 2015 continue de hanter la vie politique allemande.

Un camp de réfugiés en Grèce

Un camp de réfugiés en Grèce

Le texte des Verts n’a pas reçu le soutien de la majorité des députés du Bundestag, le parlement allemand. Il visait à faire entrer sur le sol allemand 5.000 personnes dont de nombreux mineurs présents dans les camps de réfugiés en Grèce.

En réponse, une quarantaine de parlementaires ont signé une déclaration dans laquelle ils appellent à un "accueil européen" des mineurs qui se trouvent dans des camps en Grèce.

Une réponse européenne

Le ministre CSU de l’Intérieur, Horst Seehofer, soutient pour sa part cette approche européenne. La présidente de la Commission des Affaires intérieures au Bundestag, Andrea Lindholz, également du parti CSU, rappelle que l’Allemagne ne veut pas être seule à aider.

Selon elle "Horst Seehofer est depuis longtemps d’avis, à raison, qu’il faut une volonté commune sous des conditions claires pour aider notamment les mineurs. Si cela intègre une solution européenne, l’Allemagne est prête à suivre une telle démarche. Ce que Seehofer et nous ne voulons pas, c’est ce que l’Allemagne soit seule dans l’accueil des réfugiés".

Andrea Lindholz propose une approche européenne

Andrea Lindholz propose une approche européenne

Andrea Lindholz a aussi été très claire en expliquant que son parti n’acceptera plus "un afflux incontrôlé en Europe, encore moins en Allemagne. Les politiques ne veulent plus revivre la situation de 2015".

Afflux de réfugiés en Allemagne

En 2015, le pays avait accueilli plus d’un million de réfugiés. "On y arrivera", avait promis la chancelière Angela Merkel en ouvrant les frontières du pays. En 2014, l'Allemagne avait accueilli cinq fois moins de demandeurs d’asile, environ 200.000 réfugiés.

Des réfugiés à la frontière autricho-allemande

Des réfugiés à la frontière autricho-allemande

Mais pour la vice-présidente du groupe des Verts, Agnieszka Brugger, l’Allemagne n’est pourtant pas seule."Des Etats européens se sont déjà engagés pour l’accueil des réfugiés. Au niveau de certains Länder, de certaines communes, au niveau de beaucoup de collègues, on voit qu’ils sont d’accord pour l’accueil des réfugiés en Allemagne. Vous avez rejeté hier nos propositions, pourtant vous êtes proches du gouvernement. Faites enfin quelque chose !" précise t-elle.

Réunis à Bruxelles, les ministres européens de l’Intérieur se sont montrés, mercredi (04.03.20), fermes sur la question du respect des frontières. Ceux-ci ont ainsi affirmé que "la situation aux frontières extérieures de l'UE n'est pas acceptable", avertissant que le franchissement illégal des frontières "ne sera pas toléré".

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !