Il y a 60 ans, la Guinée lançait les indépendances des colonies françaises | Afrique | DW | 28.09.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Il y a 60 ans, la Guinée lançait les indépendances des colonies françaises

En disant "Non" à la France, la Guinée prenait son indépendance le 28 septembre 1958. Soixante ans après, retour sur cette page d'histoire et sur les années qui suivront.

Écouter l'audio 02:10

"Nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l'esclavage." - Sékou Touré

C'était il y a 60 ans. Le 28 septembre 1958, la Guinée disait "Non" au général de Gaulle et à la France. Non à la création de la Communauté française proposée par la France à ses colonies. Une réponse synonyme d'indépendance, qui arrivera quatre jours plus tard, le 2 octobre. La toute première parmi les colonies françaises d'Afrique noire. 

"Nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l'esclavage", lance à l'époque Sékou Touré, qui sera le premier président de la République de Guinée. "Hier, Dieu merci, nous nous sommes victorieusement défendus. Demain, nous nous défendrons encore", déclare encore celui qui restera une personnalité aimée par les uns et détestée par les autres.

Des opposants enfermés

Le parcours de ce personnage controversé qui conduit la Guinée vers son indépendance, deux ans plus tôt que les autres pays d'Afrique noire francophone, est aussi indissociable des crimes politiques et économiques commis par son régime. Les opposants guinéens de l'époque, supposés proches de la France, sont enfermés.

C'est le cas par exemple au camp Boiro, ou Lamina Camara et d'autres étaient enfermés dans des conditions effroyables. "Autour de 1975, nous avons eu une période de famine dans les prisons. Il y a des rats qui se sont aventurés dans nos cellules. Nous avons cherché à attraper les rats pour nous nourrir", raconte-il.   

Le "Non" de la Guinée au général de Gaulle a eu aussi pour conséquence le recrutement par Paris de mercenaires et d'opposants guinéens prêts à couler le régime de Conakry. "On voulait détruire le régime guinéen parce que la Guinée était le tremplin des nationalistes en lutte pour l'indépendance de leurs pays", racontera Sékou Touré. 

La France toujours présente

Französischer Milliardär Vincent Bollore

Le groupe de Vincent Bolloré, industriel très présent en Afrique, gère notamment le port de Conakry.

Aujourd'hui, 60 ans après l'indépendance de la Guinée, le pays est retourné dans le giron français. L'actuel président guinéen, Alpha Condé, a fait toutes ses études à Paris. Ses meilleurs amis s'appellent Bernard Kouchner, ancien ministre français ou encore François Hollande, ancien président français. Le port de Conakry est aussi géré par le groupe français Bolloré. Une situation qui fâche les jeunes de Guinée, comme nous le confiait le jeune rappeur guinéen, Masta X. "On va essayer de détruire cette équipe pour n'avoir rien fait", dit-il. "On va réveiller les consciences endormies. On va véhiculer un message de paix, de non-violence."

"Rien de plus cher pour un peuple que son indépendance, sa souveraineté, sa dignité....", disait à l'époque Sékou Touré. 

Audios et vidéos sur le sujet