″Il faut diriger le Tchad autrement…″ | Afrique | DW | 11.03.2016
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

"Il faut diriger le Tchad autrement…"

Au Tchad, les personnes interpellées à N’Djamena lors de l'opération "Sifflet citoyen" ont été libérées. L’opération a été lancée jeudi par la société civile pour réclamer une alternance démocratique.

Écouter l'audio 02:04
Now live
02:04 min

"Ces mouvements illustrent le ras-le-bol de la population…" Ngaoundandé Irlo

Ce mouvement qui fait suite à bien d’autres est organisé alors que la date de la présidentielle prévue le 10 avril prochain se rapproche. Elle mettra aux prises 14 candidats dont l'actuel chef de l'Etat Idriss Deby Itno - au pouvoir depuis 26 ans, et le chef de file de l'opposition, Saleh Kebzaboh. La candidature du député Ngarlejy Yorongar quand à elle a été invalidée par le Conseil constitutionnel dont le Président a fait un point de presse vendredi pour donner les raisons du rejet de certaines candidatures à la présidentielle. La Céni, la commission électorale nationale indépendante a procédé au tirage au sort de l’ordre des candidats sur la liste électorale. Par ailleurs six étudiants de l'université de Moundou, deuxième ville du Tchad, qui manifestaient ce vendredi pour réclamer leurs arriérés de paiement de bourse ont été arrêtés par la police.

Cliquez sur l'image pour écouter l'analyse de Ngaoundandé Irlo, enseignant chercheur à l’Université de N’Djamena.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet