Moussa Dadis Camara de retour en Guinée pour faire face à la justice | Afrique | DW | 27.09.2022

Découvrez le nouveau site de DW Afrique

Testez en exclusivité la version beta de DW Afrique. Votre avis peut nous aider à améliorer le nouveau site.

  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Moussa Dadis Camara de retour en Guinée pour faire face à la justice

Moussa Dadis Camara est de retour en Guinée pour comparaître dans le procès du massacre du 28 septembre 2009.

La seule présence de Dadis est un bon signe (Alseny Sall)​

"La seule présence de Dadis est un bon signe" (Alseny Sall)​

L'ancien chef de la junte Moussa Dadis Camara répondra à partir de mercredi (28 septembre), avec dix autres accusés, de sa responsabilité présumée dans le massacre du 28 septembre 2009 dans un stade de Conakry, selon un de ses avocats.

 L’ancien président de la transition, le capitaine Moussa Dadis Camara, est discrètement rentré à Conakry dans la nuit de dimanche à lundi et est  ogé dans une résidence tenue secrète.

"La seule présence de Dadis est un bon signe" (Alseny Sall)​

Selon ses proches,  il est rentré pour "laver son honneur" devant les juges. Mais, certains observateurs de la vie politique guinéenne estiment que ce retour a été arrangé avec la junte militaire et que Moussa Dadis Camara aurait obtenu des gages qu’il ne sera pas condamné. Plusieurs sources indiquent aussi que sa résidence de N'Zérékoré (sud-est) a été réfectionné, ce qui vient exacerbé les soupçons d’accointance avec la junte militaire.

Hadja Asmaou Diallo, présidente de l'association des victimes et amis du 28 septembre 2009 (AVIPA)

Hadja Asmaou Diallo, présidente de l'association des victimes et amis du 28 septembre 2009 (AVIPA)

Le 28 septembre 2009,  des soldats, des policiers et des miliciens avaient réprimé dans le sang un meeting de l’opposition qui voulait dissuader Moussa Dadis Camara, à la tête de la transition, de présenter à la présidentielle de 2010. Au moins 156 personnes ont été tuées, des milliers blessées de même que 109 femmes ont été violées, selon le rapport d'une commission d'enquête internationale mandatée par l'ONU qui a été publié trois mois après les faits.

Alseny Sall, juriste chargé de communication de l'Organisation guinéenne de défense des droits de l'homme et du citoyen se réjouit du retour et surtout de la prochaine comparution de Moussa Dadis Camara. 
 
Cliquez sur la photo (ci-dessus), pour écouter l'intégralité de l'interview.

La rédaction vous recommande