Guinée : les militaires annoncent la fin du régime Condé mais... | Afrique | DW | 05.09.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Guinée : les militaires annoncent la fin du régime Condé mais...

Les Guinéens sont dans l'attente après l'annonce ce dimanche (05.09.21) par des militaires de l'arrestation du président Alpha Condé. Les putschistes ont également annoncé la suspension de la Constitution.

Le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya est désormais le nouvel homme fort du pays.

Le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya est désormais le nouvel homme fort du pays.

Les événements se sont accélérés à Conakry où le Comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD) a annoncé à la télévision nationale la prise du pouvoir par l'armée. De sources proches du gouvernement, des militaires seraient en négociation avec des élements du pouvoir. La situation reste confuse et un calme précaire règne à Conakry.

Les réactions à l'arrestation du président Alpha Condé étaient mitigées. Tandis que les uns jubilaient de joie et prônaient déjà la "fin de la souffrance du peuple guinéen", les autres se montraient choqués en regrettant que l'amée n'aurait "pas mieux protegé le président". 

Au micro de la DW, l'analyste Kabinet Fofana expliquait qu'il s'attendait à une lutte pour le pouvoir au sein de l'armée. 

L'Union africaine et la Cédéao ont condamné la prise de pouvoir par la force et ont exigé la libération immédiate du président Alpha Condé. De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a aussi "fermement" condamné dimanche dans un tweet "toute prise de pouvoir" en Guinée "par la force du fusil", alors que des officiers des forces spéciales guinéennes avaient affirmé avoir capturé le président et "dissoudre" les institutions.

Retour sur la journée du coup d'Etat

Tôt ce matin, des tirs automatiques ont éclaté aux abords du palais présidentiel. Des témoins ont rapporté que des putschistes ont échangé des tirs automatiques avec des élements de la garde présidentielle. 

Alpha Condé, arrêté par une unité spéciale de l'armée

Alpha Condé, arrêté par une unité spéciale de l'armée

Dans l'après-midi, une source sûre de la présidence avait dit à la DW que le président Alpha Condé avait été arrêté par un petit groupe de militaires mais que l'armée nationale restait loyale au chef de l'Etat.

La même source indiquait en revanche que le groupe de militaires qui a arrêté le président Condé n'avait pas encore le contrôle de la radiodiffusion télévision nationale. Le pont 8 novembre, principal point d'accès à Conakry restait aussi bouclé par les soldats de la garde présidentielle. Situation qui a changé au cours de ce dimanche après-midi. Notre source avait déclaré aussi que les photos d'Alpha Condé largement diffusées sur les réseaux sociaux étaient vraies. 

Qui est Mamady Doumbouya ?

Le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya est un ancien légionnaire de l’armée française. Il a regagné la Guinée pour prendre la tête de ce corps créé en 2018.

En mai, des rumeurs infondées faisant part de sa possible arrestation avaient même circulé dans la capitale guinéenne. 

L'armée guinéenne

Un véhicule de l'armée guinéenne

Réactions de l'opposition

Les principaux opposants au régime de Conakry ne se sont pas encore exprimés sur le coup de force militaire. Les opposants Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré n'étaitent pas joignables. En revanche, Ibrahima Sorel Keita du Collectif pour la transition en Guinée a déclaré à la DW que l'opposition prenait acte du coup d'Etat. Cliquez sur l'image c-dessous pour écouter.

Écouter l'audio 00:45

Ibrahima Sorel Keita

Même son de cloche de la part des responsables du FNDC, le front contre le troisième mandat du président Condé. Pour Ibrahima Diallo, responsable des opérations du front, "le président Alpha Condé est le seul responsable de ce qui lui arrive". 

A (re)lire aussi : Contestation en Guinée : des dizaines de morts depuis un an

Tension politique persistante

Depuis des mois, la Guinée est en proie à de profondes crises politique et économique. La candidature du président Alpha Condé à un troisième mandat le 18 octobre 2020 a provoqué avant et après l'élection des mois de tensions qui ont causé des dizaines de morts dans un pays coutumier des confrontations politiques sanglantes. Des défenseurs des droits humains fustigent une dérive autoritaire observée au cours des dernières années de la présidence Condé et remettant en cause les acquis du début.

A (re)lire aussi : Guinée : une campagne pour la libération des prisonniers politiques

Le président guinéen Alpha Condé est arrivé au pouvoir en 2010. Dix ans après, sa

Alpha Condé pendant un discours en 2020

Alpha Condé pendant un discours en 2020

réputation d'opposant intraitable est ternie par les accusations d'avoir plongé son pays dans la crise pour s'accrocher au pouvoir. A 83 ans, cet homme encore svelte qui boîte légèrement, né à Boké (Ouest), issu de l'ethnie malinké, la deuxième du pays, se présente invariablement comme un modernisateur, opposé à l'excision et aux mariages forcés, "candidat des femmes et des jeunes".

La situation politique en Guinée a aussi des conséquences sur le plan sportif. La sélection du Maroc, qui est à Conakry pour affronter la Guinée lundi (06.09.) en qualifications pour le Mondial-2022 de football, est bloquée dans la capitale guinéenne, a indiqué un responsable marocain. 

A (re)lire aussi : En Guinée, un projet ferroviaire menace des chimpanzés

Audios et vidéos sur le sujet