Festival Gaboma : une première à Libreville | Afrique | DW | 02.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Festival Gaboma : une première à Libreville

Durant trois jours, la capitale gabonaise vibre aux sonorités du Jazz, du rock et du blues. C'est le "Gaboma jazz rock festival". Première édition débutée jeudi et qui se poursuit jusqu'au samedi 03 août.

Le but des organisateurs est de faire partager des bons moments avec les artistes et mélomanes sur des rythmes rendus célèbres par les esclaves dans les champs aux USA.

Un soir d’été à Libreville, température 18 degrés. Pour se réchauffer c’est simple. Il suffit de suivre le son de la musique. Bienvenue au Gaboma jazz rock festival !

Le carrefour des rythmes musicaux 

Présenté par les organisateurs comme un carrefour des rythmes musicaux et un symbole de cohésion culturelle, ce premier festival en plein air est aussi une manière de sortir le jazz des clubs select de Libreville et faire profiter tous les mélomanes des sonorités d’hier et d’aujourd’hui.

Selon Rhonny Placide Obame Assoumou, Fondateur du Gaboma jazz rock festival, “Les raisons sont toutes simples. Le jazz et le blues sont des musiques qui sont encore cloîtrées dans les salons feutrés au Gabon contrairement à ce qui se passe ailleurs. Donc, nous avons pensé qu’il fallait enlever le jazz là-bas pour l’emmener au quartier. Pour qu’il devienne une musique populaire comme partout ailleurs ”.

Outre le côté festif, ce festival revêt aussi un aspect de rappel historique. Annie Flore Batchiellilys et Naneth Nkoghe sont deux artistes confirmées aux Albums couleurs jazz rock and blues.

Le jazz vient d'Afrique

Pour Annie Flore Batchiellilys, “C’est un rendez-vous où on va ouvrir les esprits. Non seulement pour mieux donner notre culture, mais pour faire entrer la culture qui est partie en disant “viens prendre place un peu”.

Pour l’artiste tradi-moderne gabonaise Naneth Nkoghe: “Toutes ces chansons qui sont basées sur la mélodie viennent du jazz. Et le jazz est parti de l’Afrique. Les chants rituels ont fait naître le jazz. Le chant traditionnel a fait naître le jazz. Tout ça c’est la racine africaine parce que c’est sur notre terre qu’est née le rythme”.

Avec des dizaines d’artistes en herbe ou confirmés sur scène, Libreville vibrera le temps d’un week-end au rythme du jazz rock and blues.