Expulsion de Juan Branco : la Minusca donne sa version des faits | Afrique | DW | 01.06.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Expulsion de Juan Branco : la Minusca donne sa version des faits

La mission de l’Onu en RCA a mis fin au contrat de l’avocat français Juan Branco. L’expert met en cause des casques bleus dans un massacre de civils début avril. Accusation démentie par la Minusca qui livre sa version.

Écouter l'audio 04:40
Now live
04:40 min

"Juan Branco a enfreint à son obligation de discrétion" (Vladimir Monteiro)

L’avocat Juan Branco a été recruté pour une mission d’expertise pour le compte de la Cour pénale spéciale. L’expert a aussi émis des doutes quant à l’indépendance de la Cour spéciale, dont la loi de règlement a été adoptée le 29 mai dernier par l’Assemblée nationale centrafricaine. Le 25 mai, Juan Branco avait posté une série de tweets dans lesquels il commentait un article du journal Le Monde sur les forces de l’Onu en Centrafrique.  

Selon lui, le 10 avril dernier, ces forces ont massacré plus de 30 civils et blessé cent autres sans aucune justification. "Faute de travail journalistique sérieux, un crime devient ‘incident’, et les civils massacrés, des cadavres à piétiner".

Joint par la DW, Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca et chef du Bureau de communication et information publique de la mission onusienne en Centrafrique livre sa version des faits.

Cliquez sur l'image ci-dessus pour écouter l’interview !

 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !