Espoir d′un vaccin anti-paludisme | Afrique | DW | 26.04.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Espoir d'un vaccin anti-paludisme

Une étude britannique se fait l'écho d'avancées dans la recherche contre le paludisme. Un sérum relance l'espoir.

Le parasite du paludisme développe des résistances

Le parasite du paludisme développe des résistances

Le paludisme continue de tuer : plus de 400.000 personnes sont mortes en 2019 de cette maladie parasitaire transmis par la femelle d'un moustique anophèle. Les deux tiers des victimes du paludisme sont des enfants de moins de cinq ans et 94% des contaminations sont enregistrées en Afrique.

>>> A lire aussi : Flambée des cas de paludisme dans le nord du Mali

Mais une étude publiée dans la revue britannique The Lancet relan ce l'espoir d'un vaccin efficace.

Un vaccin difficile à trouver

Pour l'instant, il n'existe pas de vaccin sur le marché contre le paludisme. Mais un candidat vaccin a obtenu un succès encore inégalé dans 77% des essais menés en Afrique, sur douze mois consécutifs.

Un enfant passe un test du palu à Arusha

Un enfant passe un test du palu à Arusha

Développé par l'université d'Oxford, en coopération avec l'entreprise américaine Novavax, ce produit s'appelle R21/Matrix-M.

Le vaccin R21/Matrix-M pourrait être approuvé par les autorités sanitaires au cours des deux prochaines années. Si son efficacité est confirmée, il permettrait d'avoir un remède contre la maladie, alors que les craintes des scientifiques d'une résistance au paludisme augmentent.

Regarder la vidéo 02:46

Zanzibar : éradiquer le palu d’ici à 2023

Julian Rayner dirige l'Institut de recherche médicale de l'Université de Cambridge. Il est chercheur sur le paludisme et explique ce phénomène de résistance du parasite. "Ce parasite dispose d'un mécanisme très sophistiqué pour échapper à la réponse immunitaire. Quand il est en vous, il est dans votre sang, ce qui signifie qu'il est exposé à votre système immunitaire tout le temps et donc il a développé des mécanismes pour éviter les réponses du système immunitaire et cela rend la vaccination plus difficile."

Des essais menés au Burkina Faso

La phase II des essais du vaccin à l'étude a été menée en 2019 au Burkina Faso auprès de 450 bébés âgés de 5 à 17 mois. Aucun de ces enfants n'a développé d'effet secondaire grave.

Julian Rayner n'a pas participé directement à ces tests mais il évoque des résultats encourageants… tout en restant prudent. Le chercheur rappelle qu'il s'agit pour le moment d'un "essai précoce",  et poursuit "les données de cet essai sont très encourageantes mais il s'agit d'un petit nombre d'enfants et il est donc nécessaire de passer à des essais à plus grande échelle dans d'autres endroits."

Le Kenya a commencé dès 2019 à administrer un sérum américain

Le Kenya a commencé dès 2019 à administrer un sérum américain

Production en Inde ?

La phase finale des essais cliniques doit se dérouler dans quatre pays du continent. Le recrutement de 4.800 enfants âgés de cinq mois à trois ans a débuté pour procéder à ces tests.

 A lire aussi : Alerte de l'OMS dans la lutte contre le paludisme

Le sérum pourrait être fabriqué à grande échelle (au moins 200 millions de doses chaque année) par le laboratoire indien SII qui produit le vaccin AstraZeneca contre la Covid-19.

Le Ghana, le Kenya et le Malawi ont commencé à injecter en 2019 un autre vaccin britannique, de l'entreprise GSK, mais son efficacité est moindre.