Ebola en RDC, une urgence mondiale | Vu d′Allemagne | DW | 19.07.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Ebola en RDC, une urgence mondiale

Parmi les sujets d'actualité africaines développés dans les journaux allemands cette semaine, l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, qui a atteint pour la première fois la grande ville de Goma.

Selon le quotidien die tageszeitung, c'est presque un miracle que l'épidémie ne se soit pas propagée au reste du Congo et aux pays voisins.

La capitale du Nord-Kivu est située à quelques kilomètres du Rwanda. Des milliers de commerçants et de voyageurs traversent quotidiennement la frontière.

Les pays voisins de la RDC ont déjà mis des mesures de protection en place

Les pays voisins de la RDC ont déjà mis des mesures de protection en place

Si le virus venait à se répandre à Goma, il est probable que les autorités rwandaises fermeraient leur frontière pour des raisons de sécurité, estime la taz.

Le journal rappelle par ailleurs qu'outre le vaccin, c'est la première fois, au niveau mondial, que des traitements sont utilisés pour empêcher le virus de se propager dans l'organisme.

Encore faut-il que le médicament soit administré rapidement après l'infection, ce qui n'a pas été le cas pour le pasteur de Butembo qui a apporté la maladie à Goma.

L'épidémie d'Ebola en RDC est la plus meurtrière depuis l'apparition du fléau en 2014 en Afrique de l'Ouest, rappelle la taz.

Plus de 2500 personnes ont été infectées depuis 2018, environ 1680 ont succombé, renchérit le Handelsblatt, qui juge que "la fin de l'épidémie n'est pas en vue".

Le lavage des mains fait partie des mesures de précaution

Le lavage des mains fait partie des mesures de précaution

L'Organisation mondiale de la Santé estime désormais que le risque est "réel" de voir la maladie se propager aux pays de la sous-région : l'Ouganda, où un cas a été recensé, mais aussi le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie.

Elle a décidé d'élever Ebola au niveau d'urgence de santé mondiale pour permettre le déblocage rapide de fonds internationaux et pouvoir mettre en place des quarantaines et des avertissements aux voyageurs.

Le trafic aérien à destination et en provenance du Congo pourrait être suspendu, ce qui aurait des répercussions sur les itinéraires et sur le tourisme en Afrique. La Tanzanie, en particulier, tire d'importants revenus du tourisme.

Après l'épidémie d'Ebola qui a frappé l'Afrique de l'Ouest en 2014, poursuit le Handelsblatt, l'OMS a été plus rapide à réagir en RDC. Elle est depuis le début de l'épidémie en août 2018 au premier plan dans la riposte avec des centaines d'experts déployés.

Mais la violence dans le nord-est du Congo entrave le succès de la riposte. Sans les nombreuses attaques contre les centres de santé, l'épidémie serait vaincue depuis longtemps, estime le Sénégalais Ibrahima Socé Fall, directeur général adjoint de l'OMS pour les urgences globales, dans une interview accordée au Handelsblatt.

BILD et les réfugiés climatiques

Le quotidien populaire BILD estime qu'un "débat géant" est relancé, avec les déclarations de la capitaine du Seewatch 3, l'Allemande Carola Rackete.

Les réfugiés climatiques ne sont pour l'instant pas reconnus par la convention de Genève

Les réfugiés climatiques ne sont pour l'instant pas reconnus par la convention de Genève

Celle-ci a estimé dans une interview avec BILD que l'Europe devait s'attendre à "une migration causée par des circonstances extérieures comme le climat".

Alors le journal s'interroge, sous forme de questions-réponses, d'abord sur le nombre des réfugiés climatiques. Selon la Banque mondiale, ils pourraient être 140 millions à travers le monde d'ici à 2050.

Combien sont déjà en route ? Entre 2008 et 2013, l'OIM estime à plus de 265 millions le nombre de personnes ayant quitté leur foyer après des catastrophes environnementales, sans pouvoir toutefois lier directement cette migration au changement climatique.

À la question de savoir si le climat peut être considéré comme un motif de fuite, le quotidien rappelle qu'il n'y a pas d'obligation légale pour les États à accueillir des "migrants climatiques".

Ni le droit d'asile allemand, ni la convention de Genève sur les réfugiés ne reconnaissent le climat comme un motif de fuite.

Des afro-descendants découvrent l'Afrique

Dans un registre plus léger, la Süddeutsche Zeitung raconte le succès d'une agence de tourisme américaine qui propose des voyages en Afrique pour les afro-descendants souhaitant découvrir leurs origines.

L'initiateur, lui-même afro-américain, a décidé de prendre à la lettre l'injonction #gobacktoafrica, chère aux Américains qui souhaitent renvoyer les étrangers chez eux… Bien avant les déclarations fracassantes du président Trump, cette semaine, contre des élues démocrates d'origine immigrée.

Un des sites les plus connus dans le tourisme de mémoire: la porte du non-retour à Ouidah, au Bénin

Un des sites les plus connus dans le tourisme de mémoire: la porte du non-retour à Ouidah, au Bénin

Il organise donc des voyages en Afrique du Sud, au Sénégal ou encore au Ghana. Jusqu'ici, raconte Eric Martin, il y avait une "barrière culturelle artificielle" car l'Afrique est présentée dans les médias comme un continent de désolation, où la faim, les maladies et la corruption dominent. L'industrie du tourisme ne s'adresse qu'aux blancs, avec des images dignes de l'époque coloniale.

Eric Martin et ses partenaires ont développé un programme qui donnent une nouvelle image de l'Afrique : vacances à la plage en Érythrée, cours de yoga au Nigeria ou encore randonnées VTT au Rwanda.

La plupart des voyages affichent complet, les clients veulent découvrir leurs racines sur un continent d'où sont partis leurs ancêtres esclaves.

Du côté africain, justement, certains pays ont compris que le marché américain est prometteur, raconte encore la Süddeutsche. Le Ghana célèbre actuellement "l'année du retour" : il y a 400 ans, le premier navire chargé d'esclaves ouest-africains jetait l'ancre en Virginie.

Le pays a transformé en attraction touristique les 34 forts où on enfermait les esclaves, avec des belles plages et des bons restaurants. Si les visites de célébrités comme Naomi Campbell ou Jérôme Boateng ont été accompagnées d'un programme humanitaire détaillé, avec don à des orphelinats à la clé, Eric Martin veut, lui, simplement "rétablir un lien" avec le continent de ses aïeux.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !