Crainte d′une nouvelle crise humanitaire en Syrie à Idleb | International | DW | 05.09.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Crainte d'une nouvelle crise humanitaire en Syrie à Idleb

L'offensive que mène le régime à Idleb fait redouter une nouvelle crise humanitaire pour les civils sur place. L'ONU appelle à trouver une solution pacifique.

L'armée syrienne a amorcé, dans la nuit de mardi à mercredi, une offensive contre le dernier bastion des rebelles situé dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest du pays. La présence de milliers de civils dans cette dernière poche de résistance fait redouter une nouvelle crise humanitaire. Les dix pays non-membres du conseil de sécurité de l'ONU ont d'ailleurs demandé avec un insistance à ce que soit trouvée une solution pacifique pour la région d'Idleb ce mercredi. 

Avant cela, des missiles se sont abattus tout autour de Jisr al-Choghour la nuit dernière et ce matin, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), lorsque l'armée russe a bombardé la province rebelle. Au moins 13 civils, dont six enfants, ont péri dans les raids russes, affirme le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane.

Attaques chimiques

Dans la région, les civils craignent également des attaques chimiques. C'est pourquoi ils réaménagent les caves qu'ils avaient creusées il y a cinq ans. "La Russie dit que ce sont les terroristes qui font ces attaques. Mais tout le monde sait que ce sont la Russie et Bashar al-Assad qui vont nous attaquer avec des armes chimiques", raconte Huthaifa al-Shahhad ce mercredi alors qu'il est en train de fabriquer provisoirement des masques de protection en utilisant des sacs en plastique et des petits gobelets. "C'est pour ça que nous nous préparons à ce scénario en fabriquant des masques."

Le porte-parole du ministère de la Défense russe, Igor Konachenkov, a confirmé aujourd'hui des frappes réalisées par quatre avions de l'armée russe. Ils auraient eu comme cible l'organisation terroriste Jabhat al-Nosra et auraient visé des entrepôts en dehors de zones résidentielles. 

Syrien Die von den Rebellen gehaltene Stadt Idlib (Reuters/A. Abdullah)

La ville d'Idleb en Syrie.

Mises en garde

L'armée de Bachar al-Assad mène, depuis ce mardi, une offensive contre le dernier bastion des rebelles au nord du pays. Alors que la communauté internationale l'avait redouté depuis plusieurs mois, les mises en garde se multiplient ces derniers jours. Mardi, Jan Egeland, conseiller spécial des Nations Unies pour la Syrie, a lancé un appel pour sauver au moins les civils bloqués dans la ville d'Idleb.

"La bataille pourrait être cruelle qu'aucune autre, la guerre la plus cruelle de notre génération. C'est pourquoi nous appelons à la sagesse. Cela veut dire : ne pas ce qui s'est passé à Alep, dans la Ghouta, et à Ar-Raqa. Il est impossible de libérer des gens ou sauver une ville en l'écrasant avec des civils à l'intérieur."

Deux réunions concernant Idleb sont prévues pour vendredi. À Téhéran, les présidents iraniens, russes et turcs vont se retrouver pour un sommet  tripartite. Et puis le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir sur la question à Washington, en espérant pouvoir prévenir une nouvelle attaque chimique.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !