CPI : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé bientôt fixés | Afrique | DW | 06.02.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

CPI : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé bientôt fixés

La Cour pénale internationale examine une possible levée des restrictions de mouvement imposées aux deux leaders ivoiriens acquittés il y a plus d'un an.

Depuis leur acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, et l'ex-ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, sont tous les deux limités dans leurs déplacements.

Laurent Gbagbo ne peut ainsi pas quitter Bruxelles, en Belgique, et Charles Blé Goudé est assigné à La Haye, aux Pays-Bas.

Acquittés le 15 janvier 2019 des accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, ceux-ci ne peuvent pas regagner leur pays, la Côte d'Ivoire, jusqu'à ce que la cour statue sur l'appel déposé par la procureure Fatou Bensouda.

Rien à voir avec la procédure d'appel

Fadi El-Abdallah, le porte-parole de la CPI, rappelle donc que l'audience qui s'ouvre ce 6 février est distincte de la procédure d'appel qui sera examinée plus tard dans l'année.

"Il y aura la possibilité pour les équipes de la défense, mais également pour les représentants légaux des victimes, pour le bureau du procureur et les représentants de la République de Côte d'Ivoire de présenter leurs observations sur la requête de monsieur Gbagbo qui demande à la chambre d'appel de reconsidérer la décision qui lui a été imposé à sa remise en liberté. Toute autre question ne sera pas débattue durant cette audience, c'est un processus séparé. La chambre statuera sur la demande du procureur concernant l'acquittement à un autre moment."

→ Suivre les délibérations sur le site de la CPI

En octobre 2019, l'avocat de Laurent Gbagbo avait en effet déposé une requête demandant aux juges de lever les restrictions qui lui sont imposées.

Emmanuel Altit accuse la cour de violer les droits de Laurent Gbagbo et d'empêcher l'ex-chef d'Etat de participer à la vie politique de son pays, notamment à la campagne en vue de l'élection présidentielle d'octobre 2020.

Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo

Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo attendent l'avis de la CPI

Risque de fuite ?

Les conditions assorties à la libération de Laurent Gbagbo ont été imposées à la demande de la procureure. Selon Fatou Bensouda, l'ancien président pourrait prendre la fuite alors que l'appel n'est pas encore tranché.

En Côte d'Ivoire également, les avocats de l'Etat s'opposent à la libération complète de l'ancien président. Ils ont demandé à être entendus par les juges.

Une argumentation qu'il faudra suivre avec attention, selon l'éditorialiste ivoirien André Silver Konan.

"Leur prise de parole et l'orientation de leur discours donnera davantage d'information sur ce que pense réellement le président Alassane Ouattara de cette affaire. Ce sera vraiment déterminant pour la suite même du processus de réconciliation en Côte d'ivoire".

Le porte-parole adjoint du gouvernement ivoirien, Mamadou Touré, que nous avons joint, n'a pas souhaité s'exprimer pour le moment sur cette procédure judiciaire en cours.

La rédaction vous recommande