Climat : Qui va payer la facture ? | Europe | DW | 05.03.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Climat : Qui va payer la facture ?

Les objectifs pour lutter contre le réchauffement climatique sont clairs. Mais les Européens semblent moins en phase lorsqu'il s'agit de savoir qui va payer pour les atteindre. La réaction américaine devient urgente.

** ARCHIV ** Eine Radfahrerin traegt einen Mundschutz, als sie am 5. Dez. 2006 durch die verschmutzte Luft in Lanzhou, China, faehrt. China liegt derzeit rund fuenf Milliarden Tonnen Kohlendioxid-Ausstoss pro Jahr noch hinter den USA mit rund sechs Milliarden Tonnen. Doch duerfte sich die Rangfolge nach Erwartung von Experten bald umkehren. (AP Photo/Eyepress) * CHINA OUT * **zu APD1994 ** ** FILE ** A cyclist wearing a face mask cycles through polluted air in Lanzhou, in China's western Gansu Province, in this Dec. 5, 2006 file photo. (AP Photo/EyePress, File) ** CHINA OUT **

Comment sera évaluée la contribution de la Chine pour lutter contre la pollution ?

Les ministres de l’environnement de l’Union européenne ont débattu de la position que doit adopter l’Europe avant le sommet de Copenhague sur le changement climatique prévu pour la fin de l’année. D’après leurs estimations, il faudrait injecter 175 milliards d’euros dans un plan de lutte mondial contre le réchauffement climatique d’ici 2020. Reste à savoir qui va payer et en fonction de quels critères.

Deux modes de financement sont en débat. L’un qui serait basé sur le marché des permis à poluer. L’autre fondé sur la participation d’un pays en fonction de son Produit Intérieur Brut et du niveau de ses émissions de CO2. Mais pour l’instant, l’Union n’a donc pas encore tranché. Autre point de divergeance : la part de l’enveloppe de 175 milliards qui sera réservée aux pays en développement. Elle est actuellement estimée à 100 milliards d’euros. Mais là aussi, le chiffre n’a pas encore été clairement arrêté.

En attendant les regards sont maintenants dirigés vers les Etats-Unis et rien ne devrait être véritablement tranché tant que la position américaine n’est pas connue.

Egalement dans cette édition : Où vit-on le mieux, et le moins bien, en Europe

Le Danemark surprend par la capacité de ses citoyens à se déclarer satisfaits de leur existence et ceci en dépit de conditions climatiques peu favorables. Les mauvaises langues soulignent la forte consommation d’alcool dans ce pays. Mais plus sérieusement, les faibles disparités de revenus entre les citoyens qui disposent, qui plus est, de services publics de qualité sont une des clés du bonheur danois.

Les explications de Anne-Françoise Hivert.

Lettland: Riga - Neugotische Kleine Gilde und Livu-Platz Blick auf die neugotische Kleine Gilde (früher war dies der Treffpunkt der Rigaer Handwerker) und den Livu-Platz am Abend in Riga, Lettland. Die Altstadt von Riga wurde 1997 von der UNESCO zum Weltkulturerbe erklärt. (Undatierte Aufnahme)

Le charme de la vieille-ville de Riga ne suffit pas pour rendre les Lettons heureux.

Les Lettons, en revanche, font partie des Européens les plus mécontents. Ils arrivent en effet en queue de peloton dès qu’on les interroge sur leur bonheur personnel. Il faut y voir sans doute une déception devant les faibles améliorations du niveau de vie enregistrées depuis la fin du communisme. Un sentiment de déprime renforcé encore par les importants écarts de richesse qui existent dans ce pays.

Reportage de Marielle Vitureau.

L’actualité de la semaine : l’appel au secours des pays de l’Est

Les Etats d’Europe de l’Est subissent actuellement leur pire récession depuis la seconde guerre mondiale. L’Union européenne refuse cependant de lancer un plan d’aide spécifique pour ces pays.