Bujumbura pense déjà à 2020 | Afrique | DW | 15.07.2016
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Bujumbura pense déjà à 2020

Albert Shingiro, ambassadeur du Burundi auprès des Nations Unies, assure que Bujumbura n'est "pas venu au dialogue pour le partage du pouvoir, mais pour le retour des réfugiés et les élections de 2020".

Écouter l'audio 01:53
Now live
01:53 min

"Nous avons déjà annulé 15 mandats d'arrêts internationaux. C'est déjà un acte qui rassure" (A. Shingiro)

Au dialogue interburundais d'Arusha, le gouvernement refuse de s'asseoir avec l'opposition. Mais le pouvoir ne parle pas d'échec de la réunion pour autant. Il pense plutôt à la présidentielle de 2020 et à rapatrier le dialogue au Burundi, comme l'explique Albert Shingiro, ambassadeur du Burundi auprès des Nations Unies, que vous pouvez écouter en cliquant sur le lien ou l'image.

Alors que l'ancienne ministre burundaise Hafsa Mossi a été assassinée mercredi près de son domicile à Bujumbura, l'ambassadeur assure que "pour nous, la situation est calme. Ce n'est pas juste au Burundi que des députés sont assassinés, il y en a aussi eu à Londres".

Audios et vidéos sur le sujet