Bénin : l’opposition récrimine la désignation des nouveaux membres du COS-LEPI | Afrique | DW | 19.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Bénin : l’opposition récrimine la désignation des nouveaux membres du COS-LEPI

Les neuf représentants du Conseil d'orientation et de supervision de la liste électorale permanente informatisée ont été désignés. Cet organe chargé de réviser le fichier électoral est critiqué par l’opposition.

Les élections locales au Bénin sont prévues en 2020 et la présidentielle en 2021. Les députés ont procédé mercredi dernier (14 août) à la désignation des neuf nouveaux représentants de l’Assemblée nationale au sein du Conseil d’orientation et de supervision de la liste électorale permanente informatisée, la COS-LEPI.

L’opposition, qui n’est pas représentée au Parlement, a donc aussi perdu sa place dans ce conseil, elle dénonce sa composition et affirme craindre une manipulation du fichier électoral.

Guy Mitopke, ancien député et secrétaire général du parti "Restaurer l’espoir ", doute de la crédibilité de la liste qui va conduire aux prochaines élections. 

"L’Assemblée nationale est composée à 100% de députés se réclamant du camp présidentiel. Et cette assemblée vient de désigner ses neuf représentants qui vont se charger d’actualiser le fichier électoral. Ce fichier va donc se retrouver dans l’escarcelle du pouvoir. L’opposition n’aura aucun droit de regard sur ce qui se fait dans cette instance. Pour les élections à venir, il n’y a plus de gage de sécurité, plus aucun élément qui pourrait nous amener à dire que les élections seront transparentes", s'inquiète Guy Mitopke.

Selon l’article 137 du code électoral, le COS-LEPI est composé de onze membres dont cinq députés de la majorité parlementaire et quatre de la minorité parlementaire.

Mais pour Orden Aladatin, député  dans l’actuelle Assemblée nationale, minorité parlementaire ne signifie pas opposition. Par ailleurs, il ne comprend pas les inquiétudes de l’opposition.

"Le fichier reste intact dans sa globalité. C’est le fichier qui a servi aux élections de 2011 et 2016. La révision est juste une opération légère. Il n’y a vraiment pas d’enjeu. Il n'y a pas de raison de s'inquiéter."

La révision du fichier électoral devrait commencer dans les semaines à venir.