1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
Le président béninois Patrice Talon en train de voter en avril 2021
Les candidats des partis d'opposition à Patrice Talon n'ont pas tous été validés pour les prochaines législatives au BéninImage : PIUS UTOMI EKPEI/AFP

Au Bénin, les Démocrates sans ticket pour les législatives

Rodrigue Guézodjè
17 novembre 2022

Les législatives sont prévues en janvier 2023. Six partis ont vu leur dossier validé par la Céna, mais pas celui des Démocrates, le principal parti d'opposition.

https://p.dw.com/p/4Jdbk

Pour les élections législatives de janvier 2023 au Bénin, le parti ''les Démocrates'', principal parti d'opposition n'est pas assuré d'être dans la course. En revanche, la Céna a validé les dossiers de six partis qui veulent présenter des candidats.

Euphorie chez les militants dont le parti est validé

L'ambiance était évidemment festive dans le camp de ces six partis ayant composté leur billet pour les législatives de janvier 2023. Leurs militants les ont accompagnés durant l'éprouvant processus du dépôt des dossiers. Yénoussa Salimatou est heureuse de se retrouver dans la course pour cette élection, elle y va sur la liste du Mouvement Populaire de Libération, l'un des partis d'opposition.

Selon elle, cette validation suscite "de la joie" car elle est l'aboutissement d'"un travail de très longue haleine et aussi une étude de stress". 

Photo de Marco Simoncelli prise à Porga: une scène de rue avec des boutiques et des passants
Les électeurs béninois seront appelés aux urnes en janvier 2023Image : Marco Simoncelli/DW

Les Démocrates accusent le fisc

L'ambiance ne sera pas la même pour ''Les Démocrates''. Le principal parti d'opposition qui focalise toutes les attentions n'est pas assuré d'être présent au rendez-vous de janvier prochain. Plusieurs candidats de cette formation politique traînant une dette fiscale estimée à plus d'un milliard de francs CFA n'ont pas obtenu le quitus fiscal. Le parti a déposé un recours devant la cour constitutionnelle, accusant l'administration fiscale d'être à la base de la situation.

Jude Bonaventure Lodjou, responsable des opérations au sein du parti, raconte que les Démocrates ont "expliqué à la cour que le fait que nos camarades qui se sont retrouvés aujourd'hui avec des montants qu'on cite là, le fait qu'ils soient sur la liste n'est pas notre faute, que si l'administration fiscale leur avait notifié ces observations à temps comme l'indique la loi ils ne seraient pas sur la liste". Mais il reproche à l'administration d'avoir "attendu la fin du dépôt des dossiers, quatre jours plus tard avant de notifier ces observations", ce que le parti considère comme "une faute de l'administration financière."

La situation politique au Bénin à quatre mois des élections législatives de 2023

Quitus or not quitus?

Christelle Houndonougbo est membre du parti Union Progressiste le Renouveau, de la mouvance présidentielle, elle estime que les candidats en difficulté aujourd'hui ne devraient s'en prendre qu'à eux-mêmes.

"Quand vous êtes citoyen et que vous aspirez aux élections, vous vous prenez à temps pour faire les formalités nécessaires pour entrer en possession de votre quitus, déclare Christelle Houndonougbo. Et nous nous l'avions déjà dit à l'Union Progressiste, que nous avions des militants qui n'ont pas eu à temps leur quitus et c'est ce que nous avons complété vendredi dernier ici à la Cena, et donc suite à cela nous avons eu notre récépissé définitif. Nous pensons que ce n'est pas un problème en fait, l'administration fiscale fait son travail et nous même en tant que parti politique, en tant que citoyen aspirant aux fonctions républicaines nous devons nous mettre à jour."

Le verdict de la cour constitutionnelle devrait situer les uns et les autres dans les heures à venir sur la participation ou non du parti les Démocrates aux législatives du 8 janvier prochain.

 

Passer la section Dossiers thématiques