De nouvelles règles sanitaires en vigueur en Allemagne | International | DW | 24.11.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Coronavirus

De nouvelles règles sanitaires en vigueur en Allemagne

Pour lutter contre la recrudescence des cas de contamination à la Covid-19, l'Allemagne s'est dotée d'une nouvelle loi sanitaire. Explications...

L'Allemagne tente de riposter aux contaminations à la Covid-19 en hausse

L'Allemagne tente de riposter aux contaminations à la Covid-19 en hausse

L'Allemagne approche la barre symbolique des 100.000 morts de la Covid-19, nombre total des décès dus au nouveau coronavirus et confirmés depuis le début de la pandémie.

Le taux de contamination est en hausse, tout comme le nombre des hospitalisations. Pour remédier à cette situation, une nouvelle loi dite "de protection contre la contamination" (Infektionsschutzgesetz) est entrée en vigueur aujourd'hui [24.11.21].

>>> Lire aussi : Une situation sanitaire "dramatique" en Allemagne

Le cadre global est déterminé par le gouvernement fédéral et validé par les députés du Bundestag mais après, chacun des seize Länder dispose des prérogatives nécessaires pour ajuster l'application de la loi en fonction des réalités régionales. 

La règle des 3G limite l'accès à certains lieux aux personnes non-vaccinées à moins d'être testées négatif à la Covid-19

La règle des 3G limite l'accès à certains lieux aux personnes non-vaccinées à moins d'être testées négatif à la Covid-19

3G : vaccinés, guéris ou testés négatif

La nouvelle loi prévoit que désormais, les employés devront justifier de leur statut sanitaire – c'est-à-dire être vaccinés, guéris ou testés négatifs à la Covid-19 – avant de prendre place sur leur lieu de travail. Cette règle dite des "3 G", est également applicable dans les transports en commun, comme les bus, et les trains.

2G : seulement les vaccinés ou les guéris de la Covid-19

Mais certains Länder ont décidé d'aller plus loin en introduisant le "2G", ce qui signifie qu'ils ne tolèrent l'accès aux lieux de travail et aux transports publics qu'aux personnes guéries ou vaccinées.

La Bavière introduit le 2G comme la règle de base pour les commerce et la plupart des lieux de culture ou de loisirs. Les personnes ni vaccinées ni guéries n'y auront donc plus accès. Les horaires d'ouvertures des restaurants sont restreints.

>>> Lire aussi : L'Autriche reconfine toute sa population

2G aussi en Saxe-Anhalt, en Basse-Saxe ou en Rhénanie-Palatinat. Le Brandebourg fait une exception pour les supermarchés et les magasins considérés comme essentiels.

La pandémie a modifié les règles de circulation dans l'espace public

La pandémie a modifié les règles de circulation dans l'espace public

2G+: les vaccinés et les guéris doivent aussi avoir un test négatif

Mais dans certains Länder, c'est même le "2G+" qui prévaut : pour aller en boîte de nuit en Rhénanie du Nord-Westphalie, par exemple, il faudra aux personnes vaccinées ou guéries se munir en plus d'un test négatif de moins de 24 heures (48h si c'est un test PCR).

Le 2G+ est aussi la solution adoptée pour les bars et les discothèques du Bade-Wurtemberg, où les personnes non-vaccinées ne pourront, en cas de pic épidémique, ne sortir la nuit qu'avec une raison impérieuse. Ces personnes se verront dans ces cas aussi interdire l'accès à la majeure partie des magasins.

Vaccination obligatoire ou non ?

Pour ce qui est de la vaccination obligatoire, elle est toujours en discussion au sein de la classe politique.

Certains estiment que rendre le vaccin obligatoire serait une atteinte aux libertés fondamentales

Certains estiment que rendre le vaccin obligatoire serait une atteinte aux libertés fondamentales

Les Verts y sont favorables sous certaines conditions, en cas de confinement strict, par exemple, pour soulager l'économie et la vie sociale, dans le respect des droits fondamentaux.

La vice-présidente du Conseil d'éthique estime que cette obligation à se faire vacciner ne "peut plus être rejetée en bloc" selon l'évolution de la situation.

Les conservateurs de la CDU en revanche y sont opposés, mais le député Friedrich Merz prône un confinement partiel pour les personnes non-vaccinés (au travail, dans les équipes de foot, au Bundestag ou dans les amphis d'université).

>>> Lire aussi : Débat autour d'une vaccination obligatoire en Allemagne

La situation sera réévaluée au plus tard le 9 décembre et en cas de besoin, des restrictions supplémentaires seront décidées.

Le ministre de la Santé Jens Spahn regrette de ne pas pouvoir "exclure" de nouveau confinement strict. Les juristes des différents partis étudient la possibilité légale d'imposer cette mesure malgré le fait qu'une majorité des habitants du pays soient vaccinés.

Par ailleurs, la situation en est au point que certains malades doivent être transférés dans des hôpitaux d'autres régions afin de répartir les patients en fonction des lits disponibles.