L′Autriche reconfine toute sa population | International | DW | 19.11.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

L'Autriche reconfine toute sa population

C'est une première en Europe depuis le printemps. Après avoir confiné seulement les personnes non vaccinées, c'est toute la population qui est concernée.

L’Autricheavait déjà créé une première en Europe en décidant lundi dernier (15.11) de confiner deux millions de personnes non vaccinées. Une mesure très controversée. Cinq jours plus tard, d’aucuns se demanderont si c’était bien la peine de susciter une telle polémique pour finalement annoncer le confinement… de l’ensemble de la population.

Ce confinement général entre en vigueur dès lundi prochain et jusqu’à la mi-décembre. Un retour à la case départ, que le président autrichien Alexander Schallenberg avait pourtant encore exclu il y a quelques semaines. 

Des opposants au vaccin ont manfesté à Vienne, le 14 novembre, après l'annonce d'un confinement uniquement pour les non vaccinés.

Des opposants au vaccin ont manfesté à Vienne, le 14 novembre, après l'annonce d'un confinement uniquement pour les non vaccinés.

Les règles sont bien connues : les déplacements sont limités aux achats, au sport et au travail. Les entreprises doivent privilégier le télétravail. Les commerces non essentiels fermeront leurs portes, un coup dur à l’approche des fêtes de fin d’année.

Faible taux de vaccination

"Malgré des mois de persuasion, nous n’avons pas réussi à convaincre", a concédé le président autrichien en parlant de la campagne de vaccination. En Autriche, près de 66% de la population est vaccinée. C’est en dessous de la moyenne européenne.

Début novembre, trois quarts des personnes traitées pour la Covid-19 en soins intensifs étaient non vaccinées, d’après le ministère autrichien de la Santé.

Alexander Schallenberg a déploré le faible taux de vaccination dans son pays.

Alexander Schallenberg a déploré le faible taux de vaccination dans son pays.

Pour Alexander Schallenberg, le vaccin est "le ticket de sortie" de cette crise. D’où la deuxième annonce choc de la journée : la vaccination pourrait devenir obligatoire pour tout le monde à partir de février. Selon le gouvernement, une telle mesure serait constitutionnelle et la seule porte de sortie de la pandémie.

La pandémie qui fait aussi prendre à l’Allemagne de nouvelles mesures, alors que le taux de vaccination est proche de 68%. Après une réunion du pouvoir central et les leaders des régions, de nouvelles restrictions vont s’appliquer dans tout le pays en fonction des niveaux d’hospitalisations en soins intensifs. 
Il s’agit notamment d’interdire l’accès à certains lieux publics aux non vaccinés. Les régions, compétentes en matière de santé, peuvent aussi prendre des mesures supplémentaires. 

Les hôpitaux en manque de personnel

En Bavière, la saturation des hôpitaux est telle que même des opérations pour des cancers seraient actuellement reportées, selon la Bayerische Krankengesellschaft, qui représente plusieurs centaines d’hôpitaux dans la région. 

Les marchés de Noël vont devoir rester fermer en Bavière

Les marchés de Noël vont devoir rester fermer en Bavière

Selon des chiffres publiés par le Spiegel, seul un quart des 1.300 unités en soins intensifs sont pleinement opérationnelles, du fait d’un manque de soignants qui ont par milliers quitté leur poste ou sont indisponibles, épuisés par les précédentes vagues de la pandémie. 

"Nous sommes dans une situation d’urgence nationale qui demande un effort national", a expliqué le ministre allemand de la Santé. Quant à la question de savoir si l’idée autrichienne de confiner les non vaccinés était envisagée en Allemagne, Jens Spahn a répondu : "Nous sommes dans une situation où nous ne pouvons rien exclure".