Accord mort-né entre les Soudans | Afrique | DW | 14.02.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Accord mort-né entre les Soudans

Le Soudan du Sud accuse son voisin nordiste d'avoir opéré des bombardements sur une de ses provinces. Cette nouvelle crispation intervient moins de quarante-huit heures après un accord de non-agression signé en Ethiopie.

Le président soudanais Omar el-Béchir et son homologue sudiste Salva Kiir

Le président soudanais Omar el-Béchir et son homologue sudiste Salva Kiir

Selon le ministre de l'Information du Soudan du Sud, Gideon Gatpan, l'armée du Soudan a bombardé, dimanche, la zone de Jau. Ces bombardements ont fait plusieurs blessés. La zone de Jau, située en territoire sud-soudanais, est le théâtre de combats entre les armées des deux pays depuis plusieurs mois.

Le Soudan et le Soudan du Sud ont signé un traité de non-agression

Le Soudan et le Soudan du Sud ont signé un traité de non-agression

Ces bombardements surviennent alors que Khartoum et Juba ont signé vendredi à Addis Abeba, en Ethiopie, un traité de "non-agression" à propos de leur différend territorial.

Un accord mort-né ?

Selon Philip Aguer, porte-parole de l'armée sud-soudanaise, ces bombardements montrent que l'accord d'Addis Abeba n'est pas pris au sérieux par Khartoum.

Dans l'accord signé, les deux parties s'engagent « à respecter mutuellement leur souveraineté et leur intégrité territoriale respectives » et « à s'abstenir de lancer toute attaque, notamment des bombardements ».

Des relations empoisonnées par le pétrole

Le Soudan du Sud a décidé de se tourner vers d'autres partenaires

Le Soudan du Sud a décidé de se tourner vers d'autres partenaires

Les tensions frontalières entre les deux Soudans n'ont cessé de croître depuis l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011. A elles, s'ajoute un différend sur le pétrole que les deux Etats essaient depuis de résoudre.

La production pétrolière du Soudan du Sud reste totalement dépendante des infrastructures du Nord en ce qui concerne l'exportation. Et faute d'accord sur les taxes à prélever par Khartoum, Juba a décidé de suspendre sa production de pétrole.

En réaction, le président soudanais, Omar el-Béchir, a déclaré dimanche que son pays ne serait pas affecté par cette décision du Soudan du Sud.

Auteur : Ramata Soré
Edition : Fréjus Quenum

Archives

La rédaction vous recommande