1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW
Erneuerbare Energien I Photovoltaik
Image : Seyllou/AFP/Getty Images
climat

Le potentiel de l'énergie solaire en Afrique

Nadine Magne
12 octobre 2022

Le besoin en électricité bon marché et fiable est énorme en Afrique. Plus de 1.100 installations produisent actuellement de l'électricité solaire en Afrique.

https://p.dw.com/p/4I66n

Lorsque l'électricité est coupée le soir à Soweto, ce n'est pas seulement sombre, c'est aussi dangereux. "Des types peuvent surgir et essayer de pénétrer dans les locaux. On ne peut pas les voir, ils sont invisibles", explique Nonhlanhla Morudu.  

Cette femme de 45 ans vit avec sa mère et ses trois enfants dans la banlieue de Johannesburg. "C'est pourquoi nous avons installé quelques ampoules solaires, pour qu'il y ait de la lumière autour de nous et que nous soyons plus en sécurité".  

L'Afrique a à peine de l'électricité solaire - mais de grands projets  

L'électricité solaire est neutre pour le climat, les coûts d'investissement sont gérables - et en même temps, le besoin en électricité bon marché et fiable est énorme en Afrique.  

A cela s'ajoutent des conditions optimales pour les installations solaires, en particulier au nord et au sud : selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), 60% des surfaces de premier choix se trouvent sur le continent. Pourtant, jusqu'à présent, seul 1% de la puissance globale installée se trouve en Afrique.  

Cela pourrait bientôt changer. Marc Howard, de la société de conseil britannique Africa Energy, prévoit que la capacité actuelle du continent sera triplée d'ici 2025. Selon les données de son entreprise, plus de 1.100 installations produisent actuellement de l'électricité solaire en Afrique, avec une capacité totale de 7,4 gigawatts.  

A titre de comparaison, les installations photovoltaïques installées en Allemagne représentaient à elles seules une puissance d'environ 58 gigawatts en 2020.  

En 2024, l'Afrique devrait atteindre près de 23 gigawatts, voire plus, car les installations solaires ne nécessitent souvent que peu de prévisions. L'Afrique est-elle à l'aube d'une révolution de l'énergie solaire ?  

 

Afrique du Sud : échapper à la crise de l'électricité grâce aux installations solaires 

"L'Afrique du Sud est un marché florissant pour le photovoltaïque car depuis peu, les fournisseurs commerciaux ne doivent présenter une licence qu'à partir de 100 mégawatts, ce qui constituerait déjà un grand parc solaire", explique Marc Howard.  

Il s'agit surtout d'entreprises, par exemple du secteur minier, qui ont besoin de beaucoup d'électricité et qui ne veulent plus compter sur l'Eskom, le fournisseur d'électricité public actuellement en crise.  

Des décennies de mauvaise gestion et un manque de maintenance ont fait qu'Eskom est loin de pouvoir couvrir les besoins en électricité du pays. La société doit procéder à des coupures d’alimentation pendant quelques heures, à intervalles réguliers dans certains districts - on parle de "loadshedding" en Afrique du Sud.  

Une installation solaire privée sur le toit peut aider à devenir indépendant de ces livraisons d'électricité peu fiables, même la nuit. "Vous n'êtes à l'abri du loadshedding que si votre installation solaire est équipée d'une batterie", explique Megan Euston-Brown, directrice de l'organisation à but non lucratif Sustainable Energy Africa. Celle-ci peut alimenter un circuit électrique séparé qui est activé pendant le loadshedding.  

Les coûts d'acquisition pour cela seraient amortis au bout de sept ans, et au bout de cinq ans seulement sans système de batterie, explique Kevin Robinson de l'association professionnelle du photovoltaïque AFSIA : "Avec des coûts d'acquisition peu élevés, un réseau électrique peu fiable et des prix de l'électricité potentiellement en hausse, cela vaut la peine d'installer des panneaux solaires sur le toit", déclare Kevin Robinson dans une interview accordée à la DW.

 

Un graphique représentant les nouvelles installations photovoltaïques en Afrique

 

Des coûts en hausse, un financement incertain  

Et ce, bien que le secteur signale depuis 2020 des hausses de prix significatives dues à des chaînes d'approvisionnement perturbées. Une grande partie de la production photovoltaïque mondiale se trouve en Chine qui, avec sa politique stricte de zéro Covid, continue de confiner des villes de plusieurs millions d'habitants et, avec elles, les employés des fabricants.  

Parallèlement, la guerre russe contre l'Ukraine fait grimper les prix de l'énergie en Europe, rendant ainsi les nouveaux projets photovoltaïques très lucratifs à long terme. Les développeurs solaires, explique l'analyste Marc Howard, sont certains que "l'ère des composants solaires très bon marché est plus ou moins révolue".  

Lorsqu'un acteur économiquement fort, comme par exemple un groupe minier sud-africain, veut construire un parc solaire, il obtient assez facilement un crédit avantageux. Mais pour de nombreuses entreprises publiques d'électricité, le financement est plus difficile, explique Marc Howard : "Les chocs inflationnistes mondiaux ont provoqué des crises économiques. Et les exigences imposées aux gouvernements africains (pour obtenir des crédits, ndlr) sont absolument énormes", explique l'analyste. "C'est pourquoi de nombreuses personnes estiment que les pays riches doivent fournir une aide beaucoup plus importante pour moderniser le réseau électrique", car l'accès à l'électricité est essentiel pour une croissance économique forte. 

"L'Afrique subsaharienne ne représente que 1,5 % des investissements mondiaux dans le secteur de l'électricité, et la région est largement sous-financée", ajoute Megan Euston-Brown. 

 

L'énergie solaire plutôt que le charbon nocif pour le climat  

Par le passé, l'argent était surtout disponible pour les centrales à charbon - mais la Chine, en tant que bailleur de fonds important, a cessé il y a un an de financer les réacteurs nuisibles au climat.  

Selon le rapport de l'AIE, les centrales prévues, d'une puissance totale de 15 gigawatts n'ont donc pas été raccordées au réseau, et un certain nombre de gouvernements africains avaient déjà renoncé à leurs projets de centrales à charbon - seuls l'Afrique du Sud et le Zimbabwe construisent encore les toutes dernières centrales à charbon du continent. 

En Afrique du Sud, le gouvernement et les municipalités sont en outre conscients de la nécessité de réduire les exportations de CO2, explique Megan Euston-Brown. "Et puis, il y a le fait que les énergies renouvelables sont les moins chères".  

Autour de l'équateur, où beaucoup d'eau et de nuages rendent le rendement solaire moins bon, on mise beaucoup sur l'énergie hydraulique - pour les nouveaux barrages, même la Chine continue à accorder des crédits.  

Mais dans des conditions de financement défavorables, l'énergie solaire est modulable et donc une fois de plus avantageuse, explique la directrice de "Sustainable Energy Africa", Megan Euston-Brown, dans un entretien accordé à la DW. Si l'argent est rare, il est facile de construire des installations solaires plus petites, mais qui produisent tout de même de l'électricité. 

Selon les analyses d'Africa Energy, presque tous les pays africains produiront de l'électricité solaire d'ici le milieu de la décennie. Outre l'Afrique du Sud et plusieurs pays du Maghreb, ce sont surtout l'Angola, l'Ethiopie, le Botswana, la Côte d'Ivoire et le Tchad qui prévoient une forte croissance.  

Une révolution de l'énergie solaire est-elle en train de se produire ? "Probablement pas, mais plutôt une évolution", déclare Kevin Robinson, représentant de l'association, en faisant référence au financement toujours difficile. 

En revanche, Megan Euston-Brown pense qu'une "sorte de révolution" a lieu au moins en Afrique du Sud : "Il y a une grande prise de conscience. Nous avons de grands avantages économiques grâce à l'énergie solaire. Mais en même temps, c'est un long chemin semé d'embûches pour transformer notre économie énergétique". 

Passer la section Sur le même thème
Passer la section Dossiers thématiques

Dossiers thématiques