Vivre à Merseburg : qui cherche trouve | Allemagne | DW | 13.11.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Vivre à Merseburg : qui cherche trouve

Rentrer? Non, plutôt sortir, mais où? C’est la question que l’on peut se poser face au faible choix d’activités de loisirs à Merseburg. Mais quand on cherche et qu’on est un peu mobile, on finit par trouver son bonheur.

Vue sur le château de Merseburg

Vue sur le château de Merseburg

Commençons d’abord par un point positif : à Merseburg aussi, il y a une vie estudiantine au-delà des salles de cours, même si c’est sous une forme quelque peu réduite. La vie des étudiants est à l’image du campus : carrée et pratique. Dans les bâtiments de la Geusaer Straße par exemple, on trouve quelques clubs établis à l’atmosphère chaleureuse qui ont déjà accompagné plusieurs générations d’étudiants. Les noms de ces clubs : « Reaktor » (réacteur), « Alchemistenfalle » (piège d’alchimiste) ou encore « Wärmi » (chaleur), sont tous dérivés du vocabulaire de la chimie, ce qui n’est pas étonnant étant donné le nombre d’ingénieurs ou d’étudiants en chimie au mètre carré. Dans ces établissements qui se trouvent tous sur le campus, on peut passer ses soirées à boire, discuter ou parler métier. Voici ce qu’on peut faire la semaine à Merseburg. Pour le week-end, il faut avoir un peu plus d’imagination. Beaucoup d’étudiants sortent à Halle, qui n’est qu’à quelques kilomètres, d’autres vont jusqu’à Leipzig où la vie nocturne est particulièrement dynamique. Autre possibilité, également appréciée, les fêtes semi-privées dans l’une des résidences universitaires. Il y en a au moins une par semestre qui est légendaire et dont on parle encore des années plus tard avec vénération.

Elargir son horizon

La cathédrale de Merseburg abrite le caveau de Rodolphe de Souabe.

La cathédrale de Merseburg abrite le caveau de Rodolphe de Souabe

Si l’on cherche au-delà des clubs et du campus d’autres moyens d’occuper son temps libre, on est assez vite limité à la salle de gym (pour les sportifs) ou au zoo (pour les balades). Cela vaut donc la peine d’explorer un peu les environs, par exemple en allant vers le centre-ville. La cathédrale est à 20 minutes de marche. Dans son caveau repose le personnage le plus illustre de Merseburg, Rudolf von Schwaben (Rodolphe de Souabe), qui fut l’antiroi d’Henri IV. Le souverain reçoit aujourd’hui de nombreuses visites, et pas seulement des amateurs d’histoire : Rodolphe est enterré sous une très belle plaque de bronze, la première pierre tombale travaillée du Haut Moyen-âge.

Sur la place de la cathédrale se trouve une autre particularité de Merseburg, la fondation artistique « benzi bena ». L’expression est, comme beaucoup d’autres choses dans cette ville, dérivée des célèbres formules magiques. La fondation propose des manifestations et des expositions artistiques de haut niveau sur le thème du passé germano-allemand.

Goethe et initiative personnelle

Le théâtre Goethe à Bad Lauchstädt fut inauguré en 1802 en présence du célèbre dramaturge.

Le théâtre Goethe à Bad Lauchstädt fut inauguré en 1802 en présence du célèbre dramaturge

En s’enfonçant un peu plus loin dans l’arrière-pays, on arrive à la petite ville de Bad Lauchstädt. Le théâtre de la ville a été créé par Wolfgang von Goethe, dont il porte encore le nom. Les pièces y sont jouées dans un esprit aussi chaleureux qu’artistique et sont recommandées pour tous ceux qui aiment voir de grandes œuvres jouées sur de petites scènes. Le voyage vaut le détour, d’autant que Bad Lauchstädt n’est qu’à 15 kilomètres de Merseburg. Et pour le dire avec les mots du Maître Goethe : « Ich wollte,

Sie hätten Lust und Muth, sich aufzumachen und nach Lauchstädt zu kommen » (« Je souhaiterais que vous eussiez l’envie et le courage de prendre la route pour venir à Lauchstädt »).

De manière générale, tous ceux qui étudient à Merseburg et qui ont envie de sortir de temps à autre le nez de leurs bouquins ont intérêt à rester mobiles et à profiter du train ou des offres de covoiturage. Les week-ends sur le campus peuvent être bien longs et monotones quand personne n’organise de fêtes et que l’on veut sortir. Une chose est claire : Merseburg ne dispose pas de vie nocturne ni d’offre culturelle 24 heures sur 24, comme Halle ou Leipzig. Merseburg, c’est plutôt la ville de l’initiative personnelle.

Auteur : Sven Näbrich

Edition : Naïma Guira

La rédaction vous recommande

Liens