Une ″pilule tranquillisante″ pour l′Afghanistan | Vu d′Allemagne | DW | 05.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Une "pilule tranquillisante" pour l'Afghanistan

La conférence internationale sur l'Afghanistan, qui se tient à Bonn en Allemagne, peut-elle déboucher sur des résultats concrets et durables ? C'est la question que se posent les journaux allemands de ce lundi.

Nordrhein-Westfalen/ Die deutsche (r.) und die afghanische Flagge wehen am Sonntag (04.12.11) in Bonn anlaesslich der internationalen Afghanistan-Konferenz vor dem Auswaertigen Amt. Vertreter von 100 Staaten und internationalen Organisationen kommen am Montag (05.12.11) zu den Beratungen im frueheren Bundestag in Bonn zusammen. (zu dapd-Text) Foto: Volker Hartmann/dapd

Les drapeaux afghan et allemand flottent cette semaine au-dessus de Bonn

Ce que l'on peut attendre de cette conférence de Bonn, ce sont surtout de grandioses promesses, observe die tageszeitung. La communauté internationale va tenter de convaincre les Afghans qui croient encore en l'Occident que le retrait des troupes ne sera finalement pas si grave et que l'Afghanistan continuera de recevoir un soutien fort. Le gouvernement mafieux de Hamid Karzaï va quant à lui, au bout de dix ans, promettre de mettre fin à sa mauvaise gestion et de gouverner enfin correctement.

Nordrhein-Westfalen/ Der afghanische Staatspraesident Hamid Karsei winkt am Sonntag (04.12.11) im Gaestehaus der Bundesregierung auf dem Petersberg in Koenigswinter bei Bonn die Fotografen. Auf dem Petersberg gibt die Bundesregierung ein Abendessen fuer die Deligierten der internationalen Afghanistan-Konferenz, die am Montag (05.12.11) in Bonn eroeffnet wird. (zu dapd-Text) Foto: Hermann J. Knippertz/dapd

Hamid Karzaï, un personnage pour le moins controversé

L'objectif est avant tout d'élaborer un scénario qui permettra aux Occidentaux de garder bonne figure lors de leur retrait, tout en sauvegardant le plus possible des succès acquis. Le journal voit ainsi dans cette conférence une "pilule tranquillisante" qui doit faire oublier le constat d'échec actuel.

A Bonn, les mots ne manquent pas pour assurer que l'Afghanistan pourra compter sur la solidarité de la communauté internationale et notamment celle de l'Allemagne. Il serait injuste, estime la Frankfurter Allgemeine Zeitung, de disqualifier ces promesses comme de la rhétorique bon marché. Pour la bonne raison, tout d'abord, que cette solidarité ne sera pas bon marché, mais qu'au contraire elle reste très coûteuse. Et si les décideurs politiques savent que l'opération militaire dans l'Hindou Kouch est impopulaire auprès de leurs propres populations, ils savent aussi qu'un échec manifeste ne serait pas un bon argument de campagne électorale.

Nordrhein-Westfalen/ Bundeskanzlerin Angela Merkel (CDU) sitzt am Montag (05.12.11) waehrend der internationalen Afghanistan-Konferenz im World Conference Centre Bonn (WCCB) in Bonn neben dem Generalsekretaer der Vereinten Nationen (UN), Ban Ki-moon. Vertreter von 100 Staaten und Organisationen sind am Montag zu der internationalen Afghanistan-Konferenz in Bonn zusammengekommen. Die rund 1.000 Konferenzteilnehmer beraten ueber die Zukunft des Landes - ueber den Aussoehnungsprozess, die Uebergangsphase bis zum Abzug der internationalen Kampftruppen 2014 und die Zeit danach. (zu dapd-Text) Foto: Timur Emek/dapd

La chancelière Merkel en compagnie de Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU

Pour la Süddeutsche Zeitung, le grand dilemme de ce pays tampon, coincé entre la Chine, l'Inde, le Pakistan, l'Iran et la Russie, c'est que les problèmes de l'Afghanistan ne sauraient être réglés par une multitude de délégations, participant à autant de conférences. Ce sont les ethnies et les tribus afghanes elles-mêmes qui doivent trouver une issue.

Cela n'est quasiment jamais arrivé dans l'histoire du pays. Mais cette fois, il y a de quoi espérer, car on ne trouve aucun groupe important, ni à l'intérieur, ni chez les voisins, qui ne veuille la paix. De la Chine à l'Iran, des autorités pakistanaises aux Etats-Unis, des Pachtounes aux Hazaras, en passant par les Tadjiks, tous ont davantage intérêt à la paix qu'à la guerre. Et cette analyse est partagée par une fraction importante des taliban.

Auteur : Sébastien Martineau
Edition : Philippe Pognan

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !