Une invasion qui fait toujours polémique | Afrique | DW | 29.04.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Justice

Une invasion qui fait toujours polémique

Kinshasa demande à Kampala des réparations pour l'invasion de l'est de son territoire lors de la guerre de 1998-2003. La CIJ doit trancher. Retour sur les faits.

"Les faits illicites commis par l'Ouganda à l'encontre de la République démocratique du Congo (...) ont fauché la vie de beaucoup de nos soldats, affecté de manière profonde et durable son infrastructure et son environnement, meurtri sa population civile et épuisé son économie et ses ressources naturelles." C'était le 20 avril dernier, Paul-Crispin Kakhozi Bin-Bulongo, chef de la mission congolaise auprès de l'Union européenne, rappelait devant la Cour internationale de justice (CIJ) tout ce que son pays, la RDC, reproche à l'Ouganda. 

La RDC exige des réparations suite à l'invasion de son territoire par l'Ouganda et le conflit engendré dans les années 1998-2003.

La RDC exige des réparations suite à l'invasion de son territoire par l'Ouganda et le conflit engendré dans les années 1998-2003.

Les faits remontent aux années 1998-2003. Une guerre oppose alors l'Ouganda et le Rwanda soutenant des forces rebelles contre le gouvernement de Kinshasa dans l'est congolais, riche en minerais. 

Lire aussi: RDC : le nouveau gouvernement veut rétablir la sécurité à l'Est

La "guerre des six jours"

En juin 2000, ce sont les armées ougandaises et rwandaises qui s'affrontent sur le territoire congolais, à Kisangani dans le Nord-Est : c'est la "guerre des six jours". Les combats se déroulent en effet du 5 au 10 juin, comme la Guerre des six jours entre Israël et la Ligue arabe, en 1967. 

Jean-Jacques Wondo, analyste et expert des questions géopolitiques et sécuritaires raconte que "les éléments de l'armée ougandaise qui étaient déployés dans la ville, qui étaient surmilitarisés, ont affronté les éléments de l'armée rwandaise. Et pendant six jours, la ville a été témoin d'atroces combats où des obus, des mortiers et des bombes ont été largués au point que cela a créé la désolation et occasionné de nombreuses victimes. C'est ce qui a fait que par la suite, cette présence de l'Ouganda a été mal vécue par les populations et aussi les autorités congolaises."


Écouter l'audio 02:03

Cliquez pour écouter l'audio

Les autorités congolaises réclament désormais près de 13,5 milliards de dollars de réparation. Une somme que Kampala juge exorbitante. 

Lire aussi: RDC, une grève pour mettre un terme aux massacres à Beni et Butembo

En 2005 la CIJ avait statué que l'Ouganda devait payer des réparations pour avoir envahi la RDC, provoquant une guerre (1998-2003) qui a fait plus de trois millions de morts. 

Faute d'accord entre les deux parties, le dossier est donc de nouveau devant la Cour, qui doit fixer le montant des réparations.