Une application pratique pour les migrants | Le dilemme de la migration | DW | 01.07.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Migration

Une application pratique pour les migrants

RefAid est une application gratuite qui connecte les migrants à des services quels que soient l'endroit et le moment où ils en ont besoin. C'est l'une des dizaines de plateformes similaires.

"Chez vous, vous faisiez partie d'une communauté. Vous étiez indépendant et autonome. Mais dans ce nouveau monde, vous dépendez de l'aide d'étrangers".

"Est-il possible que votre smartphone contienne tout ce dont vous avez besoin à portée de main ?"

Voici deux des arguments de vente des fabricants d'une application pour smartphone destinée aux migrants et appelée 'RefAid'.

Donner aux migrants et aux réfugiés l'accès à tout ce dont ils ont besoin par le biais de leurs smartphones est une idée louable. Mais c'est loin d'être aussi simple.

L'explosion du nombre de personnes en déplacement dans le monde a coïncidé avec la révolution des médias numériques et sociaux. Il n'est donc pas surprenant que de nombreuses personnes impliquées dans le travail des réfugiés utilisent des plateformes numériques, comme les applications, pour accroître leur impact.

Le nombre d'applications pour les réfugiés est énorme, et les applications elles-mêmes offrent une large gamme d'assistance - des applications de dons aux logiciels d'apprentissage des langues et de traduction jusqu'aux plateformes permettant à des individus  d'offrir leurs chambres privées comme logement pour les migrants. Un certain nombre d'entre elles - pas toutes - sont répertoriées sur le site web appsforrefugees.com. Certaines des plus importantes sont également mentionnées par Olivia Iannelli dans un article pour le blog Réseau britannique des droits des migrants, dans lequel elle pose la question cruciale : ces applications aident-elles vraiment les réfugiés?

Un des gros problèmes qu'Olivia Iannelli identifie - et qui est évident si vous consultez le site appsforrefugees - est que beaucoup d'applications perdent leur financement ou ne sont pas mises à jour et finissent dans ce que Shelley Taylor, la créatrice de RefAid, appelle "le cimetière des applications".

RefAid fait de gros efforts pour rester viable. Shelley Taylor, une vétéran de la Silicon Valley qui a développé l'application en 2016 en réponse à la crise humanitaire en cours, explique que son équipe a dressé une liste de toutes les applications similaires qu'elle a pu trouver: environ 25 % d'entre elles ont disparu l'an dernier, et 25 % n'ont pas mis à jour leurs services.

RefAid

RefAid a été lancée il y a un peu plus de deux ans au Royaume-Uni et en Italie. Trellyz, anciennement Digital Fan Clubs,le logiciel en accès libre utilisé par Shelley Taylor, avait déjà créé des applications géolocalisées avec des données en temps réel. Elle savait que certains réfugiés utilisaient des smartphones et elle s'est demandée comment elle pouvait adapter la technologie à leurs besoins.

RefAid, qui est désormais présente dans environ 22 pays, est assez simple à utiliser. Elle indique l'emplacement et les types de services disponibles sur une carte, avec des informations sur les horaires d'ouverture. Tous les renseignements fournis proviennent d'organisations caritatives dignes de confiance.

Les services répertoriés comprennent l'aide juridique, la nourriture, le logement, l'eau, l'aide aux parents et aux enfants, les enfants non accompagnés, la santé, l'éducation, les toilettes et les douches. Vous recevez des notifications quand il y a des nouveautés urgentes dans des endroits particuliers.

L'un des points forts de RefAid est qu'elle aide les personnes avec des besoins différents - que ce soient les réfugiés qui ont déjà atteint leur destination et se concentrent sur l'intégration, ou ceux qui viennent d'arriver en bateau.

De plus, comme d'autres applications similaires, elle permet aux personnes qui ne font pas confiance aux autorités et qui évitent d'utiliser les services ou de s'adresser à la police, d'être indépendantes et d'obtenir les informations dont elles ont besoin par le biais de leurs propres smartphones.

En ce qui concerne la protection de la vie privée, RefAid ne comporte pas de risques. Bien qu'il faille s'inscrire, aucun nom d'utilisateur n'est requis. Et la seule information recueillie auprès des utilisateurs de l'application est une adresse électronique.

Coordination de l'aide

RefAid a été développée pour les migrants et les réfugiés, mais elle aide également les agences humanitaires sur le terrain à gérer leurs services.

Des organisations comme Médecins du Monde, Médecins sans frontières, Save the Children, Caritas et la Croix-Rouge entrent leurs propres données dans le système, donc c'est du libre-service. Une des clés du succès de l'application, selon Shelley Taylor, a été de rester en contact avec ces organisations et de leur rappeler de mettre régulièrement à jour leurs données. 

Test grandeur nature

Dans cette déférlante d'enthousiasme pour une technologie qui résoud les problèmes humanitaires, dit Olivia Iannelli, nous devrions nous arrêter pour nous demander si les applications pour les réfugiés changent vraiment les choses : est-ce qu'elles aident les millions de migrants qui n'ont ni smartphone ni accès à Internet ? Résolvent-elles les problèmes de réinstallation, d'intégration, ou les manifestations de xénophobie des populations d'accueil ? Non.

Ajoutez à cela le fait que les décisions prises à Bruxelles auront un impact beaucoup plus grand sur la vie des migrants que les meilleurs logiciels. "Une application ne fait pas le poids face à une salle pleine de politiciens en désaccord sur la façon dont leur syndicat devrait être organisé ", a écrit Heather Horn dans The Atlantic.

Dans le même temps, il y a des dizaines de milliers de personnes et plus de 1 500 organisations qui utilisent RefAid, selon Shelley Taylor.  Si certaines d'entre elles se fient à l'application, ce n'est pas le moment de la reléguer au cimetière des applications.

 

Cet article écrit par Marion MacGregor et traduit par Audrey Parmentier a été publié pour la première fois sur le site InfoMigrants: 

http://www.infomigrants.net/fr/post/10224/applications-pour-les-migrants-est-il-possible-que-votre-smartphone-contienne-tout-ce-dont-vous-avez-besoin