Un mort dans les violences en Angleterre | Coupe du monde de football 2018 | DW | 09.08.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

Un mort dans les violences en Angleterre

Aprés la troisième nuit de violence, le premier ministre britannique David Cameron a promis de ramener l'ordre dans le pays. Avec renforts de police et justice rapide pour les personnes arrêtées.

British police officers are deployed during riots in Hackney, east London, Monday Aug. 8, 2011. Youths set fire to shops and vehicles in a host of areas of London _ which will host next summer's Olympic Games _ and clashed with police in the nation's central city of Birmingham, as authorities struggled to halt groups of rampaging young people. (Foto:Lefteris Pitarakis/AP/dapd)

La police de Sa Majesté aux prises avec des jeunes en colère `Hackney, un quartier de Londres

Emeutes et pillages dans des quartiers de Londres mais aussi en province et désromais un mort, un jeune homme blessé par balles: la situation est grave et explosive.La police a annoncé avoir arrêté 334 personnes à Londres, et une centaine à Birmingham dans le centre du pays. Mais on l'a constaté, elle a eu du mal á contenir les bandes de jeunes pillards très mobiles et organisés via Twitter et téléphone mobiles. Quant aux pompiers, ils ont reconnu qu'ils manquaient de véhicules pour éteindre les incendies. Ce matin la capitale anglaise était donc en état de choc: rues jonchées de verre, de briques, de bouteilles cassés et magasins dévalisés. Des témoins ont raconté avoir vu des voitures remplies d'objets volés circulant à grande vitesse dans la capitale. Et certains commerçants dévalisés, constataient, les dégats, comme cette femme rencontrée par notre consoeur Anke van Loyen: "Je ne comprends pas pourquoi les gens font cela" sanglotait-elle.

Populations abandonnées

A building burns as a riot police officer watches in Croydon, south London, Monday, Aug. 8, 2011. Violence and looting spread across some of London's most impoverished neighborhoods on Monday, with youths setting fire to shops and vehicles, during a third day of rioting in the city that will host next summer's Olympic Games. (Foto:PA, Dominic Lipinski/AP/dapd) UNITED KINGDOM OUT, NO SALES, NO ARCHIVE, PHOTOGRAPH CAN NOT BE STORED OR USED FOR MORE THAN 14 DAYS AFTER THE DAY OF TRANSMISSION

Scènes de dévastation après la troisième nuit de violence à Londres. Les pompiers étaient sous équipés

Les émeutes ont débuté lors d'une marche à Tottenham, à la mémoire d'un homme de 29 ans décédé lors d'un échange de feu avec la police. Elle a ensuite dégénéré embrasant ce quartier de Londres. Rentré en urgence, le premier ministre David Cameron, tente désormais de reprendre la situation en main. Il a promis que 16000 policiers patrouilleraient ce soir dans les rues de Londres. Mais il ne veut voir dans les émeutiers que des criminels: "Je condamne, a-t-il déclaré, compètement les scènes que nous avons vues sur nos écrans de télévision. Ce sont des scènes écoeurantes de vandalisme, de vol, des scènes d'attaques contres des policiers même contre des véhicules de pompiers venus au secours. C'est de la criminalité pure et simple que l'on doit combattre et vaincre."

Il n'est pas certain que la manière forte soit la seule réponse efficace à la situation. Derrière cette violence se cache en effet le malaise social d'une couche de population sans emploi, abandonnée à elle-même et victime des coupes claires dans les services sociaux pour cause d'économie budgétaire. Le tout dans une capitale où plus qu'ailleurs encore la richesse atteint des sommets vertigineux et qui sert de refuge à de nombreux multi-millionaires.

Auteur: elisabeth Cadot
Edition: Marie-Ange Pieorron