Un dispositif de sécurisation des élections en Centrafrique | Afrique | DW | 18.12.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Un dispositif de sécurisation des élections en Centrafrique

Alors que plusieurs acteurs politiques ont été victimes d’agressions physiques, le gouvernement et la mission de l’Onu (Minusca) ont défini un plan de sécurisation des élections du 27 décembre.

Les Centrafricains sont en pleine campagne pour élire leur président le 27 décembre 2020.

Les Centrafricains sont en pleine campagne pour élire leur président le 27 décembre 2020.

Les Centrafricains en ont assez de la violence. A Bangui, des femmes se sont récemment mobilisées pour demander un répit pour la population. Mais plus qu’une trêve, c’est la paix que voudrait voir revenir Lina Ekomo, coordonatrice du réseau pour le leadership féminin. "Si tu fais la politique, ce sont des débats d'idées, ce n'est pas la guerre. Nous femmes, nous voulons que ces élections puissent bien se passer".

>>>RCA : Dologuélé veut prendre sa revanche

En une semaine de campagne électorale, de nombreux candidats ont été victimes d’agressions physiques par des personnes non identifiées. En prévision de ces violences, un plan de sécurisation des élections a été mis en place conjointement par le gouvernement et la Minusca.

Celui-ci prévoit la mise en place sur tout le territoire d’un numéro d’alerte gratuit, le 1325, en cas d’incident durant les élections. Marie Noëlle Koyara ministre de la Défense nationale.  

"On aura des équipes dans toutes les préfectures et dans une certaine mesure dans les communes aussi, en fonction des défis sécuritaires. Au niveau de Bangui, nous avons une cellule technique qui est en place et qui va utiliser un numéro vert qui a été mis en place. D’une part pour la protection des femmes candidates, mais qui pourrait aussi être utilisé pour recueillir toutes les informations du terrain. Donc tout le monde peut utiliser ce numéro vert pour un contact permanent et régulier. Cette cellule sera en place 24h/24 et va enregistrer toutes les informations, les analyser et les faire pousser au niveau de la coordination".

Le président sortant Faustin Archange Touadera fait face à 16 candidats dont une seule femme.

Le président sortant Faustin Archange Touadera fait face à 16 candidats dont une seule femme.

Le plan vise en priorité à protéger les candidats aux élections, insiste le général Pascal Champion, chef de la police au sein de la Minusca.

"Le plan c'est aussi la combinaison de différents modes d'action et différents modes opératoires. Il y a des dispositifs de sécurisation plus proches des candidats aux élections et dans un certain nombre de cas, on verra ça avec les candidats à l’élection présidentielle".

Cependant, les attaques recensées ces derniers jours montrent que le plan a du mal à être mis en œuvre. Interpellée, la Minusca dégage sa responsabilité.

>>>La Minusca s'active pour des élections apaisées en RCA

Dans une déclaration à la presse locale, la mission de l’Onu affirme être juste un appui pour l’armée centrafricaine. L’armée et la Minusca essaient de se déployer dans des zones dites à risque.