Un avenir incertain pour la Libye | Afro-presse (hebdomadaire) | DW | 02.09.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Un avenir incertain pour la Libye

La Libye continue d'occuper une large place dans la presse allemande. Les journaux commencent à se projeter dans l'avenir post-Kadhafi.

default

Conférence de Paris sur la Libye

Le régime de Mouammar Kadhafi appartient à l'Histoire, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Mais après la prise de Tripoli par les insurgés, il apparait que les difficultés ne font que commencer. La Libye a devant elle un chemin long et semé d'embûches. A la différence de ce qui s'est passé en Tunisie et en Egypte, le changement de pouvoir est le résultat d'une guerre civile. Il faut déblayer les ruines. Parmi les embûches le journal évoque les rivalités et les divergences d'intérêts entre les tribus libyennes, les différences de mentalités entre l'ouest, l'est, et le sud de la Libye, la composition très hétérogène aussi de la résistance libyenne. Mais la Libye peut compter dans sa reconstruction sur d'importantes recettes pétrolières. Cela allège un peu le poids des nombreux problèmes. Il n'empêche, souligne le quotidien Die Welt: les Libyens souffriront longtemps encore de l'héritage de Kadhafi. La fête de la victoire sera vite oubliée, note également la Süddeutsche Zeitung. Il importe que les membres de la coalition de l'OTAN gardent en main suffisamment de moyens de pression pour influer encore un certain temps sur la révolution libyenne. Car elle est loin d'être terminée.

Sturmgewehr G36 von Heckler & Koch

Le G36 de Heckler & Koch

Des fusils allemands en Libye

La presse s'intéresse aussi aux fusils d'assaut allemands trouvés par les rebelles dans l'arsenal de Kadhafi à Tripoli. Ces fusils d'assaut ce sont des G36 de la firme Heckler & Koch. Comment sont-ils arrivés à Tripoli, s'interroge la Süddeutsche Zeitung. Selon le rapport du gouvernement allemand sur les exportations d'armes, l'Allemagne a certes livré ces dernières années à la Libye des radars de suveillance et des émetteurs de brouillage, mais pas de chars ni de fusils d'assaut. Un expert allemand en armement interrogé par le journal, Michael Ashkenazi, est d'avis que si les armes sont arrivées en contrebande, on devrait bientôt retrouver ces fusils dans des endroits comme Gaza, le Liban, le Tchad ou le Soudan. Mais ajoute-t-il, rien n'indique pour l'instant que de grosses quantités de fusils allemands circulent en Libye. La moitié de tous les fusils d'assaut utilisés là-bas sont des kalachnikov, 40% des Fal belges. Et si on devait trouver des stocks plus importants de G36, il faudrait plutôt présumer qu'ils ont été achetés à l'Espagne ou à l'Arabie saoudite, où ils sont fabriqués sous licence. Pour les gens de Kadhafi , précise Michael Ashkenazi il aurait été encore plus simple de s'approvisionner aux Etats-unis. Chez les marchands américains il suffit souvent de se présenter comme collaborateur d'un service de sécurité, par exemple d'un pays africain pro-américain.

Ungarn Ernteraub Jugendliche

Julius Malema

Epreuve de force au sein de l'ANC

A l'autre bout du continent, en Afrique du sud, le Congrès national africain, l'ANC, a bien du mal à rappeler à l'ordre le très controversé chef de la jeunesse du parti, Julius Malema. Une nouvelle procédure disciplinaire vient d'être ouverte contre lui, et la presse s'en fait l'écho. die tageszeitung parle d'un conflit de générations au sein de l'ANC. Un conflit violent puisque des centaines de partisans de Julius Malema ont déclenché une véritable émeute devant le siège du parti à Johannesburg, où Julius Malema a comparu devant une commission disciplinaire. L'ANC, note le journal, lui reproche de jeter le discrédit sur le parti par ses déclarations provocantes. Un démagogue menace l'héritage de Mandela, titre la Süddeutsche Zeitung qui souligne que l'issue de l'épreuve de force engagée au sein de l'ANC sera déterminante pour l'avenir du pays. Les partisans de Malema, note le journal, voudraient le voir le plus tôt possible à la tête de l'Etat, comme héritier du grand Mandela. Mais ce jeune homme a peu de points communs avec le père de la nation. Alors que Mandela a eu le don de réconcilier le pays après des décennies d'apartheid, Malema se distingue tout autrement. Il provoque au lieu d'apaiser, il emploie un vocabulaire extrêmement brutal qui attise la peur chez les uns, la haine et l'envie chez les autres. Cet homme n'est pas un réconciliateur. Personne ne divise plus fortement l'Afrique du sud que lui en ce moment.

Anschlag auf ein UN Büro in Abuja Nigeria

Après l'attentat contre l'ONU à Abuja

Violences récurrentes au Nigeria

Enfin après l'attentat contre les bureaux des Nations unies à Abuja, le Nigeria fait à nouveau parler de lui dans la presse allemande. De nouveaux affrontements inter-communautaires ont fait une vingtaine de morts à Jos, et la presse épingle l'impuissance du gouvernement face à ces violences répétitives. C'est même le titre d'un éditorial de die Tageszeitung "Impuissant face à la violence". Ou bien le gouvernement réagit de manière excessive, écrit le journal, qui en veut pour preuve l'assaut sanglant, il y a deux ans, contre la centrale du groupe terroriste islamiste Boko Haram à Maiduguri. Il y avait eu alors plus d'un millier de morts. Ou bien il fait l'effet d'être paralysé, comme après les sanglants pogromes à Jos. Il n'a même pas une analyse des causes de ces flambées récurrentes de violence. Ainsi nourrit-il l'image fatale d'un gouvernement qui n'est pas maître de la situation. Boko Haram, poursuit le journal, veut établir au Nigéria un Etat théocratique. Comme les sectes d'éveil partout dans le monde,musulmanes ou chrétiennes, il se nourrit de la frustration de groupes de population marginalisés. Le gouvernement nigérian, qui est quand même le produit d'un des rares processus de démocratisation réussis en Afrique, devrait réagir en développant sa propre vision de l'avenir. Mais, conclut le journal, il n'y a plus de visionnaires dans la politique nigérianne.

Auteur: Marie-Ange Pioerron
Edition: Fréjus Quenum

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !