Guerre en Ukraine: des Africains prêts à aller combattre | Afrique | DW | 09.03.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Guerre en Ukraine: des Africains prêts à aller combattre

L’Ukraine veut des armes et des hommes pour affronter la Russie. Et son appel attire de potentiels combattants étrangers notamment sur le continent africain.

Des soldats ukrainiens traversent un pont détruit

Des soldats ukrainiens traversent un pont détruit

"Si l'Ukraine décide de me payer une bonne somme d'argent, que je ne peux pas gagner ici, je vais certainement aller là-bas et me battre", explique Kimanzi Nashon, un étudiant kenyan qui vit à Nairobi la capitale. Nashon espère ainsi gagner beaucoup d’argent.

"Lorsque nous irons là-bas, une fois la guerre terminée, avant même qu’il ne se soit passé quoi que ce soit, je serai de retour au Kenya et je serai millionnaire", renchérit le jeune étudiant.

Nashon n'est pas le seul à nourrir l'idée d’aller combattre en Ukraine.

Béatrice Kaluki est au chômage, pour elle cette guerre représente une occasion à ne pas manquer.

"Si une opportunité se présentait d’aller combattre en Ukraine en tant que mercenaire, je n’hésiterais pas", a-t-elle expliqué à la DW.

"Je préférerais mourir au front en Ukraine en sachant que ma famille sera indemnisée même après ma mort, plutôt que de mourir de dépression au Kenya à cause du taux de chômage élevé !", confie Béatrice qui pense que d’autres feraient la même chose si une chance devait se présenter. Car selon elle "ils préfèrent mourir là-bas en se battant plutôt que de mourir de pauvreté dans leurs pays."

L'appel de l'Ukraine

La plupart de ces jeunes réagissent à l'appel lancé la semaine dernière par le président ukrainien, Volodymyr Zelenskyy. Ce dernier a appelé les personnes partageant les mêmes idées que lui et son peuple, à défendre son pays contre l'invasion de la Russie.

Lire aussi: Les alliés de la Russie en Afrique

Selon Ryan Cummings, directeur de Signal Risk, une société de conseil en gestion des risques de sécurité basée en Afrique du Sud, le président ukrainien pourrait tirer parti des conditions socio-économiques difficiles en Afrique pour attirer des combattants africains dans son pays.

Cependant, les pays africains ont fermement condamné l'appel lancé par l'Ukraine aux  africains pour qu'ils rejoignent la "légion internationale" contre l'invasion russe.

Une guerre de communication sur les réseaux sociaux

Ainsi, lundi dernier, le Nigeria a lancé un avertissement sur Twitter à ses citoyens, leur indiquant qu'il ne tolérerait aucun recrutement de mercenaires pour combattre aux côtés des forces ukrainiennes contre les troupes russes.

Le Sénégal a également exprimé son mécontentement à l'égard du gouvernement ukrainien, affirmant qu'au moins 36 personnes au Sénégal, étaient prêtes à aller combattre en Ukraine.

Relire: Partir se battre en Ukraine, une décision difficile

Le ministère sénégalais des Affaires étrangères a marqué son étonnement à la suite de la publication par  l'ambassade d'Ukraine à Dakar d'un appel sur sa page Facebook invitant les citoyens étrangers à s'engager aux côtés des forces ukrainiennes à la défense du pays contre l’invasion russe.

Les réseaux sociaux se sont aussi transformés en un champ de bataille entre partisans de l'Ukraine et de la Russie.

Il est également à noter que l'Ukraine a annoncé au Nations unies le rapatriement de ses 250 Casques bleus déployés en RDC. En dehors de ce pays, l’Ukraine est également militairement présente dans d’autres missions de paix des Nations unies  dans le monde: 16 militaires au Soudan du Sud, 12 au Mali, 5 à Chypre, 4 à Abyei au Soudan et 3 au Kosovo, selon l'Onu.