Tokyo 2020 : le Japon veut garder la flamme | DW Sport | DW | 23.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Sport

Tokyo 2020 : le Japon veut garder la flamme

Mais pour combien de temps encore? La pression s'accentue sur le pays pour un report des Jeux olympiques prévus cet été. Des fédérations nationales commencent à se désister.

La flamme est allumée mais elle risque de s'éteindre face au coronavirus

La flamme est allumée mais elle risque de s'éteindre face au coronavirus

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, le Comité international olympique et le Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ont régulièrement répété qu’une annulation de la compétition n’était "pas envisageable". Une annulation, non mais un report ? Peut-être. C’est en tout cas ce que révèle aujourd’hui la presse japonaise alors que le CIO subit la pression de nombreuses fédérations pour reporter l’événement.

On assiste même déjà à des premiers désistements. Le Canada ne sera pas de la partie. Si les JO sont maintenus pour cet été, le comité olympique canadien a d’ores et déjà annoncé que ses athlètes ne participeraient pas à la compétition. Le Canada est le premier pays à faire ce choix fort mais ne sera sans doute pas le dernier.

"Impossible" et "non-désirée"

Les comités brésilien et slovène, par exemple, ont eux aussi appelé publiquement à un report. Plus important encore, les puissantes fédérations américaines de natation et d’athlétisme, les deux sports majeurs des Jeux Olympiques d’été, font actuellement pression sur le comité olympique américain pour qu’il fasse le même choix que le Canada.

Pour Sebastian Coe, le président de la fédération internationale d’athlétisme, l’organisation des JO du 24 juillet au 9 août prochain semble "impossible" et surtout serait "non-désirée".

Le double champion olympique du 1500M rappelle, qu’en plus des risques sanitaires qu’ils pourraient encourir, les athlètes de plusieurs pays ne peuvent pas s'entraîner en ce moment en raison du confinement, et que donc l’équité sportive ne serait pas respectée.

Ecouter les sportifs

Du côté de la fédération allemande d’athlétisme, le président Jürgen Kessing rappelle qu’il faut d’abord écouter les athlètes :

"Ce sont les Jeux Olympiques des sportifs, et non ceux des fonctionnaires. Et quand les sportifs eux-mêmes ont des doutes, il faut les prendre au sérieux."

De son côté, le CIO, par le biais de son président l’Allemand Thomas Bach, a déclaré vouloir prendre une décision dans "les quatre prochaines semaines". Si un report à l’automne 2020, voire à l’été 2021, semble plus probable qu’une annulation pure et simple, c’est entre autres pour des raisons économiques.

Une annulation des Jeux Olympiques serait un désastre pour l’économie japonaise. D’après une étude de SMBC Nikko Securities publiée par Kyodo News, l'annulation des Jeux olympiques de Tokyo 2020 entraînerait une baisse de 1,4% du produit intérieur brut (PIB) du pays, ce qui représenterait plus de 65 milliards d’euros.