Togo : le parti au pouvoir grand gagnant des législatives | Afrique | DW | 21.12.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Togo : le parti au pouvoir grand gagnant des législatives

Le parti au pouvoir, l’Union pour la République (UNIR), arrive en tête selon les résultats provisoires de la CENI. L’Unir est en mesure d’avoir la majorité absolue au parlement avec ses candidats indépendants.

"Attendons de voir si cela est plausible" - Spéro Mahoulé

Selon les résultats provisoires annoncés dimanche par la Commission électorale, la Ceni, le parti au pouvoir, l'Union pour la République (UNIR), obtient 59 sièges, trois de moins qu’en 2013.

Les indépendants totalisent 18 sièges, la plupart proche du pouvoir. L’UFC de Gilchrist Olympio revient avec 6 députés et devient la première force politique de l’opposition au parlement.

Les petits partis comme le NET et le MPDD (ex-Obuts) de l’ex-Premier ministre Agbéyomé Kodjo s’octroient chacun, 3 sièges. Les résultats doivent être encore confirmés par la Cour constitutionnelle.

Taux de participation

Le taux de participation provisoire a été communiqué par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) vendredi. Il atteint quasiment 60%. "Après compilation des remontées des résultats, le taux de participation partiel et provisoire est estimé à 59,96 %", précise le professeur Kodjona Kadanga, président de la Commission électorale nationale indépendante. 

Dans le détail, le taux de participation dans les bureaux de vote varie beaucoup d'une localité à une autre. Plusieurs préfectures de la région septentrionale du Togo ont un taux de participations de plus de 80 % voire plus 90%. Dans les villes du sud, ce taux tourne autour de 50 % alors qu'il est de 21 % dans les sept zones du Golfe, y compris Lomé. "Nous tenons à remercier tous les électeurs qui se sont mobilisés pour aller accomplir leur devoir citoyen dans la sérénité", dit le président de la Céni.

La société civile sceptique

Mais le professeur Kodjona Kadanga insiste : ces résultats sont provisoires et partiels. "Il y a encore des commissions électorales locales indépendantes dont nous n'avons pas les résultats", précise-t-il. La société civile se dit d'ailleurs suprise d'un taux de participation d'une telle ampleur, en zone rurale notamment. "J'aurais vu une participation de 42 ou 43%", estime, par exemple, Spéro Mahoulé qui dirige une organisation de la société civile et a observé le déroulement du scrutin.

Au total 3.155.837 électeurs étaient inscrits sur les listes électorales et 8.498 bureaux de vote ont été ouverts sur l'ensemble du territoire togolais. 850 candidats issus de 130 listes de 12 partis politiques et d'indépendants étaient en lice pour les 91 sièges à l'Assemblée nationale togolaise.

La coalition des 14 partis politiques de l'opposition n'a pas présenté de listes pour ce scrutin. Elle dénonce des "irrégularités" et a exigé l'arrêt du processus électoral et la reprise de toutes les activités déjà menées par la Commission électorale nationale indépendante. La coalition avait appelé les Togolais à empêcher par tous les moyens la tenue du scrutin. Un impressionnant dispositif policier et militaire a été déployé sur l'ensemble du territoire togolais pour sécuriser le scrutin.

//Texte actualisé le 24.12.2018 à 7'05 TU.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet