Tchad: revivez cette journée d′élection présidentielle | Afrique | DW | 11.04.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Tchad: revivez cette journée d'élection présidentielle

Environ 7,3 millions d'électeurs sont appelés aux urnes au Tchad où Idriss Déby Itno brigue un 6ème mandat.

Tous les horaires sont indiqués en temps universel.

19h55 : A Abéché, dans l'est du pays, les électeurs n’étaient pas nombreux à avoir accompli leur devoir de citoyen, selon cet enseignant à Abéché.

"Tout est fait pour que le candidat du MPS passe au premier tour."

19h50 : Malgré les menaces de boycott de l'opposition, le scrutin s'est déroulé sans incident majeur. Cependant, les électeurs ne sont pas sortis massivement voter, comme l'a constaté notre correspondant à N'Djamena.

17h35 : L'opposition, qui a appelé les Tchadiens au boycott, félicite les électeurs qui ne sont pas sortis voter. Selon Saleh Kebzabo, qui estime que "seulement 10% de la population s'est rendue aux urnes", Idriss Déby "doit tirer une grande leçon de désaveu, de désapprobation et de rejet du peuple tchadien".

Saleh Kebzabo : "Les gens ont suivi notre appel au boycott"

 

17h25 : À Moundou, capitale économique, située au sud du pays et considérée comme le bastion de l’opposition, la population n'est pas allée voter. Pour Tamtoloum Mbainda, un habitant de Moundou, il s'agit d'un "appel fort aux tenants du pouvoir pour revoir leur stratégie".

"Moundou est la deuxième ville du pays, mais nous n’avons ni eau, ni électricité"Stereo

15h20 : Les votants continuent à se rendre aux bureaux de vote avec parcimonie, comme ici, à N'Djamena. 

À N'Djamena, des femmes font la queue pour voter

À N'Djamena, des femmes font la queue pour voter

15h05 : Selon des images qui circulent sur les réseaux sociaux, du matériel électoral aurait été brûlé à N'Djamena.

"Les Tchadiens ont désavoué Déby" (Takilal Ndolassem)

14h47 : La diaspora tchadienne a été mise de côté : elle n'a pas pu voter. "On nous a dit qu'il y aurait des députés de la diaspora", déplore Takilal Ndolassem, activiste et communiquant tchadien vivant à Paris. "Finalement, sachant que nous sommes en minorité, ils ont annulé".

 

Il n'y a pas foule dans ce bureau de vote de N'Djaména, la capitale

Il n'y a pas foule dans ce bureau de vote de N'Djaména, la capitale

13h10 : L'affluence est très faible au Tchad, notamment dans certains quartiers de N'Djamena, comme le montrent ces photos prises sur place.

12h30 : Deux jeunes rencontrés au Tchad expliquent pourquoi ils n'iront pas voter aujourd'hui. Ils sont convaincus qu'il "n'y aura pas de changement". 

9h00: Le taux de participation est le principal enjeu de cette élection sans suspense. "J'ai voté plus de cinq fois déjà, cela ne change rien", témoigne un jeune rencontré dans les rues de N'Djamena, qui a décidé de ne pas aller déposer son bulletin dans l'urne cette fois. Malgré son diplôme, il n'a pas réussi à trouver un travail à la hauteur de ses espérances. "Je suis fatigué, je ne vote pas", ajoute-t-il, désillusionné.

Jean-Pierre a, lui aussi, décidé de ne pas aller voter. Diplômé et sans emploi, il ne veut pas participer à ce "simulacre d'élection" dont il pense qu'elle "ne va pas apporter de changement". Ces trente dernières années, poursuit-il, les Tchadiens n'ont fait que s'appauvrir tandis qu'"Idriss Déby a dilapidé toutes les ressources du pays pour s'acheter des armes et pour enrichir ses propres parents".

8h00: De nombreux observateurs, dont 650 observateurs nationaux, sont déployés à travers le pays. Parmi eux, Ngarti Ngaringar Désiré, chef de mission de l'ONG "Centre de solidarité des jeunes pour la formation et le développement" (CSJEFOD). "Nous lançons un appel à la jeunesse et à la population en général d'exprimer leur devoir civique", a-t-il déclaré au micro de la DW à N'Djamena.

Ngarti Ngaringar Désiré, observateur électoral

Ngarti Ngaringar Désiré, observateur électoral

7h00: Démarrage du vote, tous les bureaux n'ont pas ouvert à l'heure dans la capitale. Le président sortant Idriss Déby Itno a voté avec son épouse au bureau de vote Carré 3 Hassan Ibrahim, dans le centre-ville de N'Djamena. "J'appelle tous les Tchadiennes et Tchadiens où qu'ils se trouvent à venir voter massivement pour exercer leur devoir et le droit de choisir le candidat qu'ils pensent être le meilleur pour eux", a-t-il déclaré devant une nuée de journalistes, de militaires et de policiers en armes.

Pour le président sortant Idriss Deby Itno, le principal enjeu du scrutin est le taux de participation

Pour le président sortant Idriss Deby Itno, le principal enjeu du scrutin est le taux de participation

Les principales informations

Environ 7,3 millions d'électeurs tchadiens (sur 15 millions d'habitants) sont appelés aux urnes, dont le président sortant, le maréchal Idriss Déby Itno. En face de lui, six candidats: Félix Nialbé Romadoumngar, Albert Pahimi Padacké, Théophile Yombombe Madjitoloum, Baltazar Aladoum Djarma, Brice Mbaïmon Guedmbaye et Lydie Beassemda, seule et première femme candidate de l'histoire du Tchad.

Trois candidats, dont le rival historique Saleh Kebzabo, se sont retirés du scrutin mais leurs noms figurent toujours sur les listesAvec six candidats de faible envergure en face de lui depuis ladéfection des principaux opposants, le principal enjeu du scrutin pour Idriss Déby Itno est le taux de participation. 

Les résultats provisoires sont prévus le 25 avril, et les résultats définitifs le 15 mai.