Sommet sur le climat à l′ONU | International | DW | 23.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Sommet sur le climat à l'ONU

Une soixantaine de dirigeants mondiaux se retrouvent lundi à l'ONU pour un sommet sur "l'urgence climatique". Plusieurs chefs d'Etats africains sont présents.

Symbolbild | Bla Bla Bla (picture-alliance/dpa/abaca/T. Camus)

Le sommet intervient après une journée mondiale de manifestation vendredi dernier

Le sommet "action climat" s'ouvre ce 23 septembre au siège des Nations unies à New York. Trois jours après que des millions de jeunes ont manifesté sur cinq continents pour le climat. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, espère que des dizaines de leaders annonceront une révision à la hausse de leurs plans de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Congolais Felix Tshisekedi, le Nigérian Muhammadu Buhari ou le Tchadien Idriss Deby doivent notamment prendre la parole ce lundi.

Pour attendre les objectifs, Francoise d'Estais, responsable au département climat et énergies renouvelables aux Nations unies, mise notamment sur les énergies renouvelables, qui connaissent une forte croissance en Afrique. "En 2018, la région Afrique-Moyen Orient a accumulé un total d'investissements dans les énergies renouvelables de plus de 16 milliards de dollars américains. Et ce qui est remarquable, c'est que ce chiffre est en très forte progression", explique-t-elle. "Il a progressé en 2018 de plus de 61 % par rapport au chiffre de 2017." 

Énergie solaire

Les capacités mondiales d'énergies renouvelables ont été multipliées par quatre lors des dix dernières années, passant de 414 gigawatts à environ 1.650 gigawatts. La capacité d'énergie solaire a été multipliée à elle seule par 26 depuis 2009. L'Afrique a suivi ce mouvement, notamment dans des pays comme le Maroc, l'Algérie, l'Afrique du Sud, le Cameroun ou le Mali. "La tendance est à la hausse", confirmeSerge Henri Kelbe, fondateur de Matrix Power et présent depuis 2007 dans le développement de l'énergie solaire en Afrique.

"Vous avez des pays comme le Maroc qui ont lancé un programme solaire thermique de 670 mégawatts. Ce qui est considérable. Vous avez l'Algérie qui est à 233 mégawatts de centrale déjà livrées, le Rwanda qui a inauguré sa centrale en 2012 de dix mégawatts, le Mali avec 50 mégawatts qui ont été inaugurés il n'y a pas très longtemps, le Sénégal qui est 20 mégawatts."

"Harmonie entre l'homme et la nature"

Les températures mondiales augmentent en raison des émissions de gaz carbonique liées à l'activité humaine, avec pour conséquence des régimes météorologiques qui changent dans de nombreuses régions du monde. Les habitats naturels se modifient, la biodiversité s'appauvrit, les cycles agricoles sont perturbés et le stress hydrique est de plus en plus fréquent. 

Face à cette situation, la Chancelière allemande Angela Merkel prêche une action efficace contre le réchauffement climatique tout en préservant toutefois les intérêts de l'industrie. "D'un côté nous avons besoin d'une protection du climat efficace pour atteindre nos objectifs", dit-elle. "De l'autre côté nous voulons agir avec sagesse vis-à-vis de l'économie. Enfin, nous devons négocier de façon socialement acceptable pour que chacun ait les moyens pour cette protection du climat."

Il y a peu de temps, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a ainsi rappelé que le monde devait créer les conditions de "l'harmonie entre l'homme et la nature".

La rédaction vous recommande

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !