Sarah Baartman : la ″vénus hottentote″ symbole du racisme européen | Histoire africaine | DW | 26.04.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Racines d'Afrique

Sarah Baartman : la "vénus hottentote" symbole du racisme européen

Passée de domestique à une attraction merveilleuse, Sarah Baartman était considérée comme un singe en Europe. Même si le public a payé pour admirer son corps, elle est morte dans la pauvreté, loin de son Afrique du Sud.

Écouter l'audio 03:59

Sarah Baartman : le portrait audio

À quelle époque Sarah Baartman a-t-elle vécu ?

Sarah Baartmann, également connue sous le nom de Saartjie Baartman, est née vers 1789 dans les environs de la rivière Gamtoos, située dans l'actuelle province du Cap oriental, en Afrique du Sud. Elle appartenait au peuple Khoikhoi. Orpheline dès le plus jeune âge, Sarah Baartman se retrouve au Cap où elle travaille comme servante pour un "homme noir libre" et elle part ensuite avec lui pour l'Europe. Après des tournées en Grande-Bretagne, elle déménage à Paris où elle meurt, célèbre mais pauvre, en 1815.

Qu'est-ce qui a fait la célébrité de Sarah Baartman ?

En Europe, elle est exhibée comme une attraction exotique. Son corps, loin d'être inhabituel en Afrique du Sud chez les femmes khoikhoi, est considéré comme une sensation en Angleterre et en France. Sarah Baartman a une silhouette fine à la taille et une hypertrophie des fesses et des organes génitaux. Elle est surnommée la "Vénus de Hottentot", Hottentot étant le nom européen du peuple Khoikhoi et Vénus, une allusion à la déesse romaine de l'amour.

Sarah Baartman a-t-elle été une victime de racisme ?

On ne sait pas si elle fait le voyage vers Londres de gré ou de force. On ne sait pas non plus exactement ce qu'elle a dit dans les revues où elle se présentait elle-même au public. Mais Sarah Baartman a définitivement souffert de la mentalité raciste qui a dominé la vision de l'Europe sur le monde au début du XIXème siècle. Selon la culture et la biologie, les Africains étaient généralement considérés comme des êtres humains moins développés. Le peuple Khoikhoi d'Afrique du Sud, rarement vu en Europe, a même été déshumanisé. Après sa mort, le chirurgien de Napoléon et naturaliste de renom, Georges Cuvier, a disséqué le corps de Sarah Baartman et conclu qu'elle avait des traits semblables à ceux des singes. Pendant près de 160 ans, ses restes ont été exposés au musée national de France à Paris, faisant d'elle une victime du racisme scientifique.

Sarah Baartman est-elle retournée en Afrique du Sud ?

La fin de l'apartheid a vu renaître l'intérêt pour l'histoire de Sarah Baartman. Sous Nelson Mandela, l'Afrique du Sud a commencé à se battre pour obtenir le rapatriement de sa dépouille mortelle. Mais c'est seulement en 2002 que son corps a enfin retrouvé son pays. Son enterrement, dans la province du Cap oriental, a mis un terme à près de deux siècles d'exil.

Comment se souvient-on de Sarah Baartman aujourd'hui ?

Le combat pour le rapatriement de Sarah Baartman a été un combat contre la violence raciste. Avec cette victoire posthume, Sarah Baartman reste, aujourd'hui encore, un symbole de la victoire sur l'oppression des Sud-Africains. Son district d'origine, dans la province du Cap oriental, porte désormais son nom. Au Cap, un centre porte le nom sous lequel les Sud-Africains se souviennent d'elle avec affection: le centre Saartje Baartman pour les femmes et les enfants s'occupe de ceux qui ont survécu à des abus.

Jane Ayeko-Kümmeth, Thuso Khumalo et Gwendolin Hilse ont contribué à ce récit qui fait partie de la série "Racines d'Afrique". Une série lancée début 2018 par la Deutsche Welle, en coopération avec la Fondation Gerda Henkel.

Audios et vidéos sur le sujet