Royaume-Uni : Theresa May pourrait demander au Parlement de repousser le Brexit | International | DW | 26.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Royaume-Uni : Theresa May pourrait demander au Parlement de repousser le Brexit

Suite à la menace de démission brandie par certains membres de son gouvernement, la Première ministre britannique Theresa May a décidé de laisser aux députés le choix d’un éventuel report du Brexit sans accord de l'UE.

Jusqu’à présent opposé à tout report du Brexit, mais sous pression, Theresa May a fait marche arrière en envisageant désormais cette option. Et si report il doit y avoir, il suivra plusieurs étapes et la procédure risque de ne pas être facile.

Ainsi, après l’autorisation du Parlement britannique, Theresa May devra soumettre le projet de report du retrait du Royaume-Uni au vote du Parlement européen. 


"Nous sommes passés d'une vision populiste à une vision pragmatique. Donc, ce report en 2021, si report il y a, amènerait sûrement une réponse inverse à celle du Brexit et plutôt au maintien donc dans l'Union européenne du Royaume-Uni", se réjoui Jean-Claude Félix-Tchicaya, chercheur à l'Institut de prospective et sécurité en Europe (IPSE). 

 

Lire aussi :Toujours pas d'accord sur le Brexit 

 

Quid des élections européennes ?

En attendant, beaucoup de questions taraudent l’esprit de beaucoup d’analystes. Si le processus de retrait du Royaume-Uni était retardé jusqu’en 2021, le pays pourrait-il participer aux prochaines élections européennes du 26 mai prochain ?

Le Royaume-Uni ne devait pas participer à ces élections puisque le Brexit est prévu au 31 mars de cette année, soit avant les prochaines élections européennes. 


Mais si la date du Brexit était repoussée, alors il y aurait vraisemblablement des eurodéputés britanniques dans le prochain Parlement européen.

Selon Philippe Moreau Defarges, spécialiste de l'union Européenne il y a deux possibilités : "Soit une négociation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Soit l'Union européenne et le Royaume-Uni n'arrivent pas à se mettre d'accord. Il n'est pas impossible à ce moment-là que l'Union européenne, la commission européenne ou des États de l'Union européenne saisissent la Cour de justice de l'UE pour qu'elle tranche cette question. Mais si jamais le nouveau gouvernement britannique décidait de faire participer les Britanniques aux élections européennes, il est probable qu'il y ait au Royaume-Uni des abstentions très élevées."


À la suite de l’annonce du retrait du Royaume-Uni, le nombre de sièges au Parlement européen est passé de 751 à 705 députés. 

Et 46 des 73 sièges de britanniques libérés sont disponibles et pourraient être utilisés dans la perspective d’un élargissement de l’Union européenne.

Les 27 autres sièges britanniques restants étaient prévus pour être répartis entre les 14 États membres jugés jusque-là sous-représentés.

La rédaction vous recommande

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !