RDC: augmentation des cas de VIH en raison d′une pénurie de préservatifs | Afrique | DW | 21.09.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RDC: augmentation des cas de VIH en raison d'une pénurie de préservatifs

Dans l'est de la RDC, le manque de préservatifs entraine une augmentation des cas de VIH Sida. Cette situation inquiète à Goma.

Image symbolique du VIH Sida.

L'augmentation des rapports sexuels non protégés en raison du manque de préservatifs entraine une augmentation des cas de contamination.

Les chiffres sont alarmants : plus de 2.300 personnes ont été testées positives au virus du Sida à Goma, au cours des six derniers mois, dont 138 sont décédées.

En cause : l'augmentation des rapports sexuels non protégés en raison du manque de préservatifs observé dans la ville, comme l'indique Aubin Mongoli, secrétaire exécutif provincial du Programme national multisectoriel de lutte contre le Sida.

"Nous avons connu une rupture longue et continue de l'approvisionnement en préservatifs dans la province, du fait de l'irrégularité des livraisons. Nous ne sommes donc pas en mesure de mettre à la disposition de notre communauté des quantités suffisantes de préservatifs. Nous distribuons toujours gratuitement des préservatifs mais il n'y en a pas assez" explique à la DW Aubin Mongili.

Face à cette pénurie, les professionnels de santé appellent les jeunes à la prudence et à des comportements responsables pour éviter la propagation du virus à Goma. 

Préservatifs colorés.

En raison de la pénurie de préservatifs les professionnels de la santé appellent à la prudence.

Prudence ou abstinence

Pascal Muhindo est pharmacien et depuis deux semaines il n'a plus de préservatifs. Face à cela, il soutient même que l'abstinence reste la meilleure prévention. "Certainement, nous faisons face à une pénurie des préservatifs dans nos pharmacies. Chez moi par exemple, je n'ai pas reçu de stock depuis maintenant deux semaines. Lorsque des jeunes se présentent pour en chercher, je ne sais pas comment les gérer mais je profite quand même de cette situation de pénurie pour appeler les jeunes à une sexualité responsable. La maladie est là et elle circule. A ce stade, l'abstinence est parmi les meilleures solutions en attendant que la situation redevienne normale" explique le pharmacien.

Ecoutez les précisions de Zanem Nety Zaidi

Les travailleuses du sexe déplorent cette situation qui les expose au risque de contracter le VIH et d'autres infections. Certaines préfèrent même cesser d'avoir des rapports sexuels en raison du risque. C'est le cas de Prisca Mugoli.

"Les préservatifs sont rares, je peux conseiller aux jeunes d'éviter, comme moi, les rapports sexuels ces derniers temps car ce ne sera pas bon. S'il n'y a pas de préservatifs, le risque de contracter la maladie est toujours élevé" rappelle Prisca.

Les autorités locales ont promis une solution rapide à ce problème qui risque de prendre des proportions alarmantes si des stocks de préservatifs n'arrivent pas à Goma dans un bref délai.