Alain Goetz, l′exportateur d′or sous sanctions des USA | Afrique | DW | 18.03.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Alain Goetz, l'exportateur d'or sous sanctions des USA

Le département américain du trésor a sanctionné Alain Goetz, un homme d'affaires belge pour exportations illégales d'or provenant de la RDC.

Une mine d'or dans l'Ituri en pleine exploitation

Une mine d'or dans l'Ituri en pleine exploitation, malgré les attaques constantes des groupes armés

Les chiffres de l'Onu montrent que dans l'est de la République démocratique du Congo se trouvent plus d'une centaine de groupes armés qui sont impliqués dans des violences contre les populations civiles. 

Ces groupes armés sont financés, selon différents rapports d'experts onusiens, par l'exploitation des nombreuses mines d'or qui se trouvent dans la région.

(Re) lire aussi →L'armée congolaise impliquée dans le détournement de la production de l'or 

 

Pourquoi ces sanctions ?

Certaines régions sont sous le contrôle des groupes armés qui font librement du trafic d'or avec des compagnies, notamment l’African Gold Refinery, la raffinerie d'or qui appartient à Alain Goetz, l'homme d'affaires belge désormais sous sanctions des Etats- Unis. 

Thierry Vircoulon, spécialiste de l'Afrique Centrale explique que "ce qui est reproché à cette entreprise c'est d'acheter et de raffiner de l'or qui vient du Congo sans vérifier sa provenance et sans vérifier si cet or satisfait en effet aux critères de traçabilité et de certification qui ont été mis en place dans la législation congolaise".

Une présence remarquée dans la sous-région

L’African Gold Refinery est située à Entebbe, à quarante kilomètres de Kampala, la capitale ougandaise. Aldango Limited, une autre raffinerie d'or célèbre dans la région, est pour sa part basée à Kigali. Elle a égalmement été fondée par Alain Goetz. 

D'anciens combattants des groupes armés congolais en pleine exploitation d'une mine d'or dans la ville d'Ika Barrier

D'anciens combattants des groupes armés congolais en pleine exploitation d'une mine d'or dans la ville d'Ika Barrier

(Re) lire aussi → La société civile congolaise réclame des comptes sur les mines

Selon les chiffres du Centre de recensement et d'information économique de 2018, le Rwanda exportait 300.000 kilogrammes d'or, alors que l'Ouganda exportait pour sa part 1,8 tonne. Des quantités supérieures aux capacités de production de ces deux pays.

Des chiffres douteux, estime Dismas Nkunda, spécialiste ougandais de la région des Grands Lacs : "On a mentionné le Rwanda et l'Ouganda, et cela n'est pas surprenant étant donné que ces deux pays ont déjà été cités dans les documents et les rapports de l'Onu comme étant des exportateurs d'or et de diamants, alors qu'en réalité, ils ne disposent pas d'assez de mines."

(Re) lire aussi →La ruée vers l'or des Kabila 

La société civile met en garde

Les différentes opérations militaires que l’Ouganda et le Rwanda ont conduites sur le sol de la RDC pour combattre des groupes armés rebelles sont souvent désignées comme ayant aussi pour objectif de sécuriser les mines d’or et le trafic de ce minerai en dehors du territoire congolais 

Actuellement, les forces ougandaises luttent aux côtés de l’armée congolaise contre les rebelles ADF dans l’est de la RDC. Mais la société civile ougandaise a lancé un appel au gouvernement pour que l'armée ougandaise ne s'implique plus comme dans le passé, notamment entre 1998 et 2004.

Le porte-parole du gouvernement ougandais, Ofwono Opondo, ainsi qu'Evelyn Anite, la ministre ougandaise des Investissements, ont tous deux déclaré à la DW ne pas être au courant des sanctions imposées contre Alain Goetz et sa compagnie, basée pourtant près de Kampala.