RCA : le dialogue républicain s′ouvre ce lundi sans l′opposition | Afrique | DW | 20.03.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

RCA : le dialogue républicain s'ouvre ce lundi sans l'opposition

Le dialogue républicain qui vise à réconcilier les Centrafricains, s'ouvre ce lundi (21.03.2022). Mais, l'opposition a annoncé qu'elle n'y prendra pas part.

Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra

Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra

Après plusieurs reports, c'est ce lundi 21 mars que s'ouvre le "dialogue républicain" sur la paix et la sécurité.

La tenue de cette rencontre d'échanges, qui doit durer jusqu'au 27 mars, à Bangui, était une promesse du président Faustin Archange Touadéra, après sa réélection contestée il y a plus d'un an.

Ce Lundi donc, et jusqu'au dimanche 27 mars, l'Assemblée nationale accueillera le Dialogue républicain dont l'objectif affiché se résumait jusqu'alors à "restaurer la paix et la sécurité".

Lire aussi →Martin Ziguélé : "La crise en Centrafrique est une crise totale"

Les questions à débattre

Les organisateurs ont diffusé une liste de cinq "thématiques", dont "Paix et sécurité", "Gouvernance politique, renforcement démocratique et institutionnel" et "Développement économique et social".

Alors que la Centrafrique est confrontée depuis 2013 à l'instabilité, avec des groupes armés qui contrôlent une grande partie du territoire, le dialogue qui commence ce lundi, exclut ces groupes. 

"Il n'y a jamais de dialogue de trop", Paul Crescent Beninga (Rapporteur général du comité d'organisation)

Lire aussi →Un dialogue incertain s'ouvre à Khartoum pour la paix en Centrafrique

Les groupes armés exclus

Paul Crescent Beninga est le rapporteur général du comité d'organisation du dialogue républicain et représentant de la société civile centrafricaine. Il explique au micro de Carole Assignon, pourquoi cette exclusion des groupes armés et les défis que la Centrafrique cherche à relever avec ce dialogue. Cliquez sur l'image ci-dessus pour suivre son interview.

L'opposition boycotte

Quant à l'opposition démocratique, elle ne prendra part à ce dialogue. Elle dit avoir posé des conditions qui n'ont pas été prises en compte. C'est ce qui ressort de la concertation qui a eu lieu ce dimanche, entre les principales formations politiques de l'opposition.

Me Nicolas Tiangaye, président de la convention républicaine pour le progrès social (CRPS) est le porte-parole de l'opposition. Il s'explique au micro du correspondant de la DW,  Jean-Fernand Koena, à Bangui. Cliquez sur l'image ci-dessous

" Nous avons posé des conditions" Nicolas Tiangaye, (opposition)

Les attentes

Mais, les attentes concrètes restent floues. "L'objectif principal est de constituer un forum républicain autour des valeurs et principes de la République", avance Obed Namsio, président du comité d'organisation. "Cela débouchera sur des feuilles de routes, des textes de loi", assure Albert Yaloke Mokpeme, porte-parole de la Présidence.

Lire aussi →RCA : le pouvoir accusé de rompre le cessez-le-feu