Réseau internet rétabli en RDC, l′opposition appelle à ne plus reconnaître le président | Afrique | DW | 02.01.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Réseau internet rétabli en RDC, l'opposition appelle à ne plus reconnaître le président

Le réseau coupé a été rétabli tard dans la soirée de lundi. L'opposition qui accuse toujours le gouvernement de sous-évaluer le nombre de morts lors des récentes manifestations appelle à ne plus reconnaître le président.

Le réseau internet a été rétabli dans la soirée de lundi en République démocratique du Congo. Il avait été coupé lundi, après les manifestations tragiques de dimanche contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila. Certains abonnés au réseau téléphonique qui ne pouvaient plus échanger de messages peuvent aussi à nouveau le faire. Le ministre des télécommunications, à l'origine des coupures, estime que la "période à risque" est passée. Il avait justifié ces coupures en expliquant vouloir empêcher que des "hommes armés" voulant tuer des chrétiens et imputer la faute aux services de sécurité, ne puissent communiquer. Emery Okundji n'a en revanche pas exclu de nouvelles coupures à l'avenir. 

Controverse sur le bilan des manifestations

Opposition et autorités se disputent toujours quand au bilan des manifestations de dimanche. Le gouvernement évoque la mort de quatre personnes, dont un policier. Trois personnes à Kinshasa et une autre à Kananga, dans le centre du pays. Mais ce bilan est sous-évalué selon l'opposition. Les organisateurs catholiques parlent d'une "dizaine de morts", alors que la Monusco, la mission de l'ONU dans le pays, compte au moins cinq morts. Certaines sources internationales vont jusqu'à huit. La Monusco recense également 141 interpellations. La secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a dénoncé des "attaques inqualifiables et désolantes" contre les manifestations. 

Ne plus reconnaître Joseph Kabila

Ce lundi, le président du Rassemblement de l'opposition a tenu une conférence de presse pour "saluer la bravoure du peuple congolais d'avoir résisté à la dictature". Felix Tshisekedi dénonce et condamne aussi ce qu'il considère comme "barbarie du régime". Il appelle population et communauté internationale à ne plus reconnaître le président au pouvoir, Joseph Kabila. À distance, le secrétaire général du PPRD lui a répondu. Henri Mova Sakanyi parle de propos "irresponsables". Le président Kabila a, lui, répété lors de ses voeux que les élections auraient lieu en décembre 2018.