Que peut faire l′Europe dans le conflit Etats-Unis - Iran ? | Vu d′Allemagne | DW | 02.07.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Que peut faire l'Europe dans le conflit Etats-Unis - Iran ?

La revue de presse est dominée par la tension entre les Etats-Unis et l’Iran, après l’annonce de Téhéran d’avoir dépassé la limite imposée à ses réserves d'uranium. Les journaux s'interrogent sur le rôle de l'Europe.

"Il fallait s’y attendre mais ce n’est pas une bonne nouvelle", écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung.  Le journal de Francfort analyse la décision de Téhéran comme une stratégie bien pensée des tenants de la ligne dure de la République islamique. 

Ces derniers, qui dictent la politique nucléaire, agissent rationnellement et évitent les risques majeurs, estime la Faz. Et de conclure : "Ils savent que le président américain n'est pas prêt pour la guerre et ils veulent augmenter la pression sur l'Europe pour qu'elle fasse davantage pour atténuer les conséquences des sanctions américaines."

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé, mais l'Union européenne est économiquement et politiquement trop faible pour amortir l’impact des sanctions américaines, répond de son côté la Tageszeitung. 

Mais cela ne devrait pas empêcher l’Allemagne et ses partenaires, d’élaborer une feuille de route pour rétablir l'accord. "Ils doivent envoyer plusieurs ministres des Affaires étrangères ensemble à Téhéran et démontrer ainsi leur volonté de coopérer", propose le journal de la capitale. 

Et pour atténuer de nouvelles sanctions américaines,  ils doivent continuer à essayer de rendre possible au moins le commerce de biens humanitaires tels que les médicaments, propose  la Tageszeitung.  

La décision de Téhéran peut se comprendre au vu des sanctions américaines, reconnaît pour sa part la Süddeutsche Zeitung.

"Cependant, note le journal, les Européens ne devraient pas céder à ce chantage et l'Iran devrait accepter que les Européens ne puissent pas compenser les pertes causées par les sanctions américaines." 
En plus, poursuit le quotidien de Munich, l’Europe, à la différence de la Chine, achetait auparavant à peine le pétrole iranien.  

 

L'Allemande Carola Rackete en prison 

 

Les journaux allemands continuent de s’intéresser au bateau Sea Watch 3, après l'arrestation en Italie de la capitaine du navire humanitaire, l'Allemande Carola Rackete. 

De telles de personnes ne méritent pas la prison. "Elles méritent plutôt d’être décorées de la croix de chevalier de l'ordre du Mérite", indique le Rheinische Post. 
Toutefois, met en garde le quotidien de Düsseldorf, on ne devrait pas  assigner le rôle de méchant au gouvernement italien, "car l'Italie a été laissée seule pendant des années avec le problème des réfugiés méditerranéens par les autres Européens." 

Carola Rackete représente la conscience humanitaire en haute mer. "Elle ne laisse personne couler et se bat pour que les populistes de droite ne prennent pas le dessus", écrit de son côté la Rhein-Zeitung. "Elle savait aussi quel risque elle prenait au nom de l'humanité", conclut le journal.