Que fait la Bundeswehr en Afghanistan? | Vu d′Allemagne | DW | 14.12.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Que fait la Bundeswehr en Afghanistan?

L'affaire du bombardement à Kunduz, en Afghanistan et le sommet du climat à Copenhague font de nouveau la Une des journaux allemands aujourd'hui.

default

Chaque jour apporte son lot de nouveaux détails sur l'attaque du 4 septembre, écrit la Lausitzer Rundschau et chaque jour il devient plus évident que l'on a dissimulé, caché, vraisemblablement menti et que le mandat de la chambre basse du Parlement allemand a été transgressé. Il faut de toute urgence éclaircir cette affaire, note le quotidien. C'est nécessaire ne serait-ce que pour que les soldats allemands puissent encore croire un minimum au bien-fondé de leur dangereuse mission en Afghanistan.

Guttenberg im Kundus

Visite surprise de Guttenberg, Kunduz, le 11 décembre

Quel est donc le rôle de la Bundeswehr en Afghanistan, s'interroge pour sa part la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Karl-Theodor zu Guttenberg est le premier ministre de la Défense à avoir concédé que la mission des soldats allemands était plus qu'une mission de stabilisation. Mais, quand on y pense, est-ce pour mener une « guerre » que le Bundestag a envoyé la Bundeswehr – dont elle vient de renouveler le mandat - en Afghanistan? Et qu'est-ce qu'en pense le peuple allemand, au nom duquel le Parlement prend ses décisions ?

Die Welt s'intéresse plus précisémment au sort de Karl-Theodor zu Guttenberg. Pour le quotidien, le ministre n'a pas à porter la responsabilité de l'attaque du 4 septembre pour la bonne raison qu'il n'occupait pas encore le poste. Il n'a donc aucune raison de démissionner. Certes, il a peut-être été un peu vite lorsqu'il a justifié l'attaque de Kunduz avant que celle-ci n'ait été élucidée. Mais s'il avait fait le contraire, qu'auraient donc pensé ses soldats? Karl Theodor zu Guttenberg a été le premier a parler ouvertement de "guerre" en Afghanistan, rappelle le quotidien. A l'époque, aucun homme politique, aucun journaliste ne l'avait contredit - au contraire. Ils s'étaient empressés de louer la nouvelle politique de transparence au ministère de la Défense.

Verlängerung des Afghanistan-Mandats der Bundeswehr

Début décembre, le Bundestag a renouvelé pour un an le mandat autorisant le gouvernement à stationner jusqu'à 4.500 soldats en Afghanistan dans le cadre de la mission de l'Otan.

La Süddeutsche Zeitung estime elle aussi que ce n'est pas à l'actuel ministre de porter le chapeau mais bien davantage au gouvernement de l'époque, à la chancelière, au prédécesseur de Karl-Theodor zu Guttenberg et même au le ministre des Affaires étrangères. Tous se sont tus alors qu'il aurait dû être de leur devoir d'informer l'opinion publique sur les vrais raisons de l'attaque. Ils paient désormais le prix de leur silence et de neuf ans d'illusion. Un prix qui pourrait se révéler très élevé.

Die Erde hat Fieber

La température monte!

Un petit tour à Copenhague pour finir avec le Tagesspiegel qui tire un bilan à mi-parcours sur la conférence internationale sur le climat. Peu importe que l'on considère la protection du climat comme une chance ou comme une menace. Le devoir des chefs d'Etat et de gouvernement va être de proposer un compromis permettant à tout le monde d'endiguer le réchauffement de la planète tout en sauvant les apparences. Pour cela, on a besoin des Européens. Or pour le moment, déplore le journal, on ne peut pas dire qu'on les ait beaucoup entendu.

Auteur: Konstanze von Kotze / Rédaction: Elisabeth Cadot

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !