Prison ferme pour les meneurs de la contestation anti-Condé en Guinée | Afrique | DW | 22.10.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Prison ferme pour les meneurs de la contestation anti-Condé en Guinée

Le coordinateur du Front national pour la défense de la Constitution, Abdrahamane Sanoh, a été condamné à un an de prison ferme. Quatre autres membres ont écopé de six mois de prison et trois autres relaxés.

Après une semaine de débats intenses au tribunal de première instance de Dixinn, le verdict est tombé ce mardi (22.10) dans le procès des membres du front national pour la défense de la constitution.

Le responsable du front a été condamné à un an de prison ferme et les autres à six mois. Les avocats de la défense estiment les infractions ont été requalifiées par le juge. Maître Salif  Beavogui l’un des avocats compte relever appel.

"Nous avons  démontré que cette infraction n’était pas établit. La décision du juge nous donne entièrement raison à s’en tenir  à la requalification ce qui signifie que le fait  pour le quel ce procès a eu lieu n’était pas juridiquement établit", martèle l'avocat.  

Voir la vidéo 01:50

En Guinée, l'opposition maintient la pression contre un 3ème mandat du président Condé

"C’est une  pratique à la limite est non professionnelle. Nous n’allons jamais l’accepter nous allons utiliser toutes les voies de recours légales pour mettre cette décision dans l’eau", soutient-il. 

Parmi les accusés trois d’entre eux ont été relaxés. Il s’agit notamment du frère d’Abdrahamane Sanoh et le journaliste blogueur Abdoulaye Oumou Sow. Celui-ci indique que cette  arrestation est une  manière pour eux d’être  plus engagé dans la défense de la constitution.

"Je sors le cœur un peu meurtri parce que tout ce que j’ai vécu en prison me donne plus de force et de courage pour mener le combat. Ce combat n’est autre que la défense de la constitution contre les imposteurs.  Le combat doit continuer au prix des sacrifices humains, au prix  de l’emprisonnement que nous avons subi. Nous devons défendre cette constitution parce que, c’est elle  qui régit notre république", explique-t-il. 

Lors du  réquisitoire le procureur avait annoncé cinq ans de prison avec une  amende de deux millions de francs guinéens. Après le verdict du juge, le procureur de la république près le tribunal de Dixinn a indiqué qu’il fera aussi appel de cette décision.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet