Présidentielle en Guinée : dans l′attente des résultats | Afrique | DW | 19.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Présidentielle en Guinée : dans l'attente des résultats

Après le premier tour de l’élection présidentielle du 18 octobre, les Guinéens attendent la proclamation des résultats par la Céni.

Près de 5 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes le 18 octobre pour élire leur président de la République

Près de 5 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes le 18 octobre pour élire leur président de la République

Les Guinéens étaient donc aux urnes ce dimanche 18 octobre, pour élire leur président de la République. Douze candidats étaient en compétition, dont le président sortant, Alpha Condé et son principal rival, le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo. Les bureaux de vote ont fermé à 18 heures, temps universel et heure locale. Aussitôt les dépouillements ont commencé et se sont poursuivis jusque tard la nuit.

Réécouter → Notre émission spéciale sur le sujet de dimanche 18 octobre soir

Des incidents signalés

Selon certains observateurs, si le vote s’est globalement déroulé dans le calme, des incidents ont été signalés dans certaines localités. C’est le cas à Yomou en région forestière, où un représentant de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), du chef de l’opposition Cellou Dalein Diallo, a été arrêté. Aucune tendance officielle n’est encore disponible à ce jour.

L’opposant Cellou Dalein Diallo a déclaré qu’il n’accepterait plus que sa victoire lui soit volée

L’opposant Cellou Dalein Diallo a déclaré qu’il n’accepterait plus que sa victoire lui soit volée

Au siège de la commission électorale nationale indépendante (Céni) dans la commune de Matoto à Conakry, après le dépouillement, les procès-verbaux des bureaux de vote sont acheminés sous une forte escorte des unités de sécurisation de l’élection présidentielle. Des militants des partis en lice auraient aimé connaitre les premières tendances. L’inquiétude est grande aux alentours de ce site de centralisation.

C’est pourquoi l’activiste de la société civile, Delphine Cole, appelle les Guinéens a accepté les verdicts des urnes. "La paix n’a pas de prix si nous voulons le développement de notre pays", insiste-t-elle. "Nous devons bannir la guerre, ce n’est pas bon. C’est tout ce que je peux dire à tous mes mamans, mes collègues, mes amis... J’invite tout le monde à accepter les résultats."

Manquements

Ousmane Kaba, candidat du parti des démocrates pour l’espoir (PADES), a lui aussi relevé des manquements dans le déroulement du vote à Kankan dans la région de la Haute Guinée, fief du Rassemblement pour le peuple de Guinée (RPG) du président sortant, Alpha Condé. Il déclare avoir décelé des bureaux de vote parallèles. Un autre candidat, qui a voté dans la région de Kankan, demande aux populations de ne pas considérer les partis politiques comme des religions.

Écouter l'audio 02:21

Le reportage de Bangaly Condé à Conakry

"Il faut que ça change dans ce pays, que les partis ne soient pas ces religions. Moi j’ai toujours dit ça lors que je parle au Kankanais. Vous êtes libres, prenez votre liberté. C’est vous qui choisissez les gens, c’est vous qui votez pour eux. Alors si vous votez pour eux, ils ne font rien pour vous et ils ne font rien pour vos enfants et ils viennent vous imposer des trucs ici", déclare le Docteur Moro Sidibé, faisant ainsi allusion au RPG Arc-en-ciel au pouvoir.

Lire aussi → Guinée : les questions qui se posent en ce début de semaine après le vote

Un site d’information a été suspendu par la Haute Autorité de la Communication pour avoir diffusé en live le dépouillement de certains bureaux de vote dans la préfecture de Télimélé (subdivision administrative de la région de Kindia, en Moyenne-Guinée). Selon le premier ministre Kassory Fofana, les résultats devraient être publiés officiellement dans la semaine. 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet