Pourquoi les tribus s′affrontent-elles dans le Sud libyen ? | Afrique | DW | 04.07.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Pourquoi les tribus s'affrontent-elles dans le Sud libyen ?

Alors que les premières législatives de l'après-Kadhafi approchent, des combats ont lieu régulièrement en Libye entre tribus. Des conflits dont les causes pourraient ne pas être celles que l'on croit. Reportage à Sebha.

Un bilan difficile à chiffrer, une zone éloignée et à l'accès contrôlé ... Que s'est-il réellement passé dans le Sud libyen, à Koufra, entre les tribus toubous et zwaï ? On parle de 250 morts. À cause, apparemment, d'une rumeur de retour de combattants pro-Kadhafi.

Libyen Sabha Kämpfe

Les tensions à Sebha ont de multiples causes

À Sebha, beaucoup plus à l'ouest, des combats ont eu lieu en mars dernier, entre des membres de la tribu Wouled Slimane et, une fois encore, des Toubous. Bilan : 150 tués. Pourquoi ? Au départ, il est question d'un vol de voiture par des Toubous.

Youssef est un jeune Wouled Sliman de Sebha : « Ils tuent des gens, volent des voitures, créent des problèmes... Ce sont des Toubous de l'étranger et qui n'ont pas leur papiers. »

Les Toubous, eux, s'estiment victimes. Ils en appellent à l'ONU. Youssouf Sidi Barka est un jeune francophone, travailleur humanitaire dans la région de Sebha : « C'est une guerre génocide. Ces milices arabes sont venues contre nous dans les quartiers toubous. Nous les Toubous, nous n'avons attaqué personne. Ce sont eux. »

Les migrants subsahariens pris au piège

S'agit-il d'un conflit interracial ? Les raisons semblent en fait plus complexes. Au sud de Sebha, à Morzouq, se trouve un camp de migrants illégaux. Environ 500 jeunes subsahariens sont rassemblés ici après avoir été interceptés par les brigades toubous. Les conditions de vie sont très difficiles.

Libyen Afrika Migration Asiatische Arbeiter

La traversée de la Libye reste très compliquée pour le migrants subsahariens

Sébastien est Béninois : « Je viens en Libye pour travailler. Je suis plombier. J'ai ma famille... ils ne savent pas où je suis, si je suis mort ou vivant. Il vaudrait mieux qu'ils nous fassent retourner dans nos pays, plutôt que nous garder ici. »

Il y aurait en tout 2.500 hommes, enfermés dans cinq camps dans la région. L'État ne veut pas aider les Toubous à les prendre en charge et ces derniers pourraient chercher à tirer profit de ces "prisonniers". Sous Kadhafi et bien avant, le commerce transsaharien était en effet la spécialité des Toubous. Le trafic de migrants également.

Dans un pays à l'État faible, le contrôle des routes pour la contrebande pourrait être la vraie raison de ces conflits meurtriers.

Précision : les Toubous sont une population à la peau noire présente dans le sud-est libyen ainsi qu'au Soudan, au Tchad et au Niger. Ils ont fait l'objet de discriminations sous le régime Kadhafi.

Écouter l'audio 02:03
Now live
02:03 min

Écoutez le reportage de Thibaut Cavaillès

Archives

Audios et vidéos sur le sujet