Portrait : Leipzig, entre révolution et réalité | Allemagne | DW | 11.11.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Portrait : Leipzig, entre révolution et réalité

Leipzig est la plus grande ville des cinq nouveaux Länder. En 1989, une page de l’histoire a été écrite dans la métropole saxonne. Les célèbres « manifestations du lundi » ont sonné le glas de la RDA.

Chaque année, la ville commémore la Révolution pacifique de 1989.

Chaque année, la ville commémore la Révolution pacifique de 1989. Ici en 2010

« Keine Gewalt » (« Pas de violence ») et « Wir sind das Volk » (« Nous sommes le peuple »), voici les slogans qui résonnent dans les rues de Leipzig autour de la Nikolaikirche et de l’Augustusplatz, en cette journée historique du 9 octobre 1989. 70 000 personnes manifestent, de manière pacifique et la bougie à la main, leur rejet du régime de la République démocratique allemande. Si des coups de feu avaient été tirés ce jour-là, l’Histoire de l’Allemagne aurait sans doute pris un autre tournant. Mais la violence n’a pas marqué ce lundi d’octobre et peu de temps après, le Mur tombait. Un an plus tard, l’Allemagne était réunifiée, sonnant le glas de la Guerre Froide.

Nouveau départ parsemé d’embûches

Le 23 octobre 1989 dans la Nikolaikirche, les habitants prient pour la paix malgré la peur de la répression.

Le 23 octobre 1989 dans la Nikolaikirche, les habitants prient pour la paix malgré la peur de la répression

Jusqu’à ce jour, les habitants de Leipzig sont fiers de leur contribution au tournant de l’automne 1989, même si nombre d’entre eux ont été ensuite rattrapés par la réalité, en perdant leur emploi et en devant tout recommencer à zéro. Les infrastructures de la ville étaient dans un état catastrophique. Pièce à pièce, des milliers de maisons ont été rénovées, rasées ou entièrement reconstruites. Aujourd’hui, l’assainissement de la ville n’est toujours pas terminé. Certes, le centre resplendit à nouveau, mais des quartiers moins cotés, tels que Reudnitz, Sommerfeld ou Stötteritz, comptent encore de nombreuses maisons délabrées.

Rien n’est impossible

Le tunnel de 5 km de long devrait voir circuler les premières rames de métro en 2011.

Le tunnel de 5 km de long devrait voir circuler les premières rames de métro en 2011

La municipalité de Leipzig aime les défis, surtout s’ils paraissent impossibles à réaliser au premier abord. En 2003, la métropole a posé sa candidature pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2012 sous le slogan « One Family ». Même s’il a finalement échoué, le projet a suscité un enthousiasme immense dans la ville et cet engagement a prouvé que Leipzig se considère comme une ville universelle dans laquelle tout semble possible. Depuis 2004, on construit un tunnel à travers la ville, un projet titanesque d’une enveloppe de plus de 700 millions d’euros. Le chantier fait partie des plus chers et des plus difficiles d’Allemagne.

« Mein Leipzig lob ich mir! Es ist ein klein Paris und bildet seine Leute » (Goethe) (J’aime mon Leipzig ! C’est un petit Paris qui instruit ses gens).

Leipzig a été officiellement fondée en 1165 et c’est l’un des centres de foires les plus anciens au monde. La ville est fière de sa richesse culturelle et artistique. Parmi ses fils les plus illustres, on compte le poète Johann Wolfgang Goethe (1749-1832) et le compositeur Jean-Sébastien Bach (1685-1750). Goethe y a étudié la poésie pendant quatre ans et offert à la ville (et plus précisément à l’établissement « Auterbachs Keller » qui lui doit sa célébrité) une scène de sa tragédie « Faust I ». Le surnom de Leipzig, « Klein Paris » (Petit Paris), est également l’œuvre de Johann Wolfgang Goethe.

Leipzig, ville de la musique

Le célèbre compositeur Felix Mendelssohn Bartholdy s'est éteint à Leipzig en 1847.

Le célèbre compositeur Felix Mendelssohn Bartholdy s'est éteint à Leipzig en 1847

D’année en année, de nombreux touristes viennent à Leipzig pour visiter la célèbre Thomaskirche, dans laquelle Bach a été cantor de 1723 jusqu’à sa mort, le Bachmuseum (musée de Bach) ou encore le Gewandhaus – et ils ne le regrettent pas ! Mais ce que peu d’entre eux savent, c’est que la ville de Leipzig a, dans le passé, attiré d’autres musiciens célèbres : parmi eux Richard Wagner, Edvard Grieg, Robert Schumann et Felix Mendelssohn-Bartholdy.

Auteur : Ronny Arnold
Edition : Naïma Guira

La rédaction vous recommande

Liens